Crise au Cameroun  : l'UE et les Etats-Unis s'inquiètent ; Yaoundé crie à l'ingérence

 |   |  507  mots
Début févier, en raison de violations présumées des droits de l’homme, les Etats-Unis avaient supprimé une aide de quelque 17 millions de dollars qui était destinée à l'armée camerounaise.
Début févier, en raison de violations présumées des droits de l’homme, les Etats-Unis avaient supprimé une aide de quelque 17 millions de dollars qui était destinée à l'armée camerounaise. (Crédits : Reuters)
De hauts responsables de l'Union européenne ainsi que des Etats-Unis d'Amérique ont exprimé ce mercredi leurs inquiétudes par rapport à la situation politique et sécuritaire au Cameroun, en interpellant les autorités du pays à trouver une issue à la crise dans les régions anglophones. Une position qui a suscité une vive réaction de Yaoundé qui a dénoncé une «immixtion à peine voilée» dans les affaires intérieures Cameroun.

La communauté internationale s'inquiète de la détérioration de la situation politique et sécuritaire au Cameroun. Dans un communiqué rendu public ce mercredi 6 mars, la cheffe de la diplomatie de l'Union européenne (UE), Federica Mogherini, a mis en garde les autorités camerounaises contre l'émergence dans le pays de discours de haine basés sur l'appartenance ethnique.

Selon la responsable, il s'agit d'un facteur additionnel d'inquiétude, lequel contribue à la persistance des violences et des violations des droits humaines dans les régions anglophones du nord-ouest et sud-ouest qui connaissent une situation de crise sécessionniste depuis octobre qui, à son tour, serait à l'origine d'un «nombre inacceptable de victimes et un impact lourd en termes humanitaire et économique».

Lire aussi : Affaire Mebe Ngo'o au Cameroun : pas (encore) d'arrestation ni d'audition

Pour venir à bout de la crise, Mogherini a recommandé un dialogue politique inclusif dans un contexte de respect des libertés fondamentales, une initiative à laquelle son institution est prête -selon la responsable- à apporter son soutien.

La cheffe de la diplomatie a également évoqué l'arrestation et la détention prolongée de plusieurs dirigeants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC, opposition). Elle a attiré l'attention sur l'ouverture de procédures «disproportionnées à leur encontre devant la justice militaire», estimant qu'elle contribue à accroître «le malaise politique au Cameroun». Mogherini a ensuite rappelé que l'Etat de droit implique une justice équitable et la libération des détenus à l'encontre desquels des preuves ne peuvent être présentées.

Les Etats-Unis maintiennent leurs positions

Les inquiétudes de l'UE sont partagées aux Etats-Unis. Alors qu'ils avaient déjà pris des sanctions contre Yaoundé début février suite à des allégations de graves violations des droits de l'homme perpétrées par les forces de sécurité dans les régions anglophones, les Etats-Unis restent critiques vis-à-vis des autorités du Cameroun. Attendu à Yaoundé les 17 et 18 mars dans le cadre d'une tournée sous-régionale, le secrétaire d'Etat américain en charge des Affaires africaines, Tibor Nagy, a appelé le Cameroun à une gestion «plus sérieuse» de la crise sécessionniste. Selon lui, les mesures «symboliques» prises à ce jour ne sont pas de nature à résoudre cette crise «extrêmement grave».

Lire aussi : La carte militaire africaine des Etats-Unis dévoilée ! [Détails]

Yaoundé crie à l'immixtion dans ses affaires internes

Les autorités camerounaises n'ont pas mis du temps pour réagit aux positions européennes et américaines. Dans un communiqué ce mercredi, le ministre camerounais de la Communication, René Emmanuel Sadi, a estimé que les jugements de l'UE et des Etats-Unis sont la preuve d'une méconnaissance des enjeux, des réalités et des faits concernant l'arrestation de Maurice Kamto (président du MRC) et plusieurs de ses partisans, ainsi que de la situation dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest. Pour lui, ces réactions «trahissent une grave velléité d'immixtion à peine voilée et inadmissible, dans les affaires intérieures du Cameroun».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :