Corruption : cinq capitales occidentales mettent la pression sur Pretoria

 |   |  455  mots
Dans une correspondance envoyée à Pretoria, Washington et 4 autres capitales occidentales demandent à l'Afrique du Sud de faire preuve d'un engagement politique clair pour rétablir l'Etat de droit, garantir l'indépendance de la justice et mettre en place des pratiques d'affaires transparentes.
Dans une correspondance envoyée à Pretoria, Washington et 4 autres capitales occidentales demandent à l'Afrique du Sud de faire preuve d'un engagement politique clair pour rétablir l'Etat de droit, garantir l'indépendance de la justice et mettre en place des pratiques d'affaires transparentes. (Crédits : Reuters)
Des pays occidentaux notamment les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suisse ont appelé la semaine dernière les dirigeants sud-africains à intensifier la lutte contre la corruption, ont rapporté les médias locaux ce dimanche. Endiguer la corruption pourrait contribuer à encourager les investissements, souligne-t-on.

Plusieurs pays occidentaux intervenant en Afrique en Sud sont préoccupés par la corruption qui gangrène le pays. Selon des informations rapportées par la presse locale, les Etats-Unis, l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Suisse ont interpellé le chef de l'Etat sud-africain, Cyril Ramaphosa par rapport à la situation, lui demandant d'intensifier ses efforts dans la lutte contre la corruption.

Lire aussi : Afrique du Sud : la police mène un raid chez les Gupta

Washington et les autres capitales occidentales demandent à Pretoria de faire preuve d'un engagement politique clair pour rétablir l'Etat de droit, garantir l'indépendance de la justice et mettre en place des pratiques d'affaires transparentes. Ainsi, les cinq pays s'attendent à ce que le président de la nation arc-en-ciel prenne des mesures tangibles contre les responsables impliqués dans les grosses affaires de corruption enregistrées ces dernières années dans son pays.

Lire aussi : RDC : polémique sur la retraite dorée du gouvernement

L'intervention de ces pays n'est pas un hasard. Représentant 75% des investissements étrangers en Afrique du Sud, les cinq pays estiment que la corruption est un obstacle majeur aux investissements. Dans leur adresse à Ramaphosa, ils ont indiqué que les efforts de ce dernier en faveur de la redynamisation des investissements seraient vains si le gouvernement ne posait pas des actions concrètes et décisives contre la corruption qui persiste en Afrique en Sud. « Aucun investisseur ne pourra s'aventurer en Afrique du Sud en l'absence de garanties claires et appropriées », note le Sunday Times qui cite la correspondance envoyée à Pretoria.

Cyril Ramaphosa déjà à l'œuvre

En Afrique du Sud, on n'a pas attendu ce courrier des pays occidentaux pour intensifier la lutte contre la corruption, ou du moins pour afficher cette volonté. Dès sa montée au pouvoir, le chef de l'Etat sud-africain a lancé une opération d'envergure pour endiguer le fléau. Dans ce cadre des enquêtes sont par exemple en cours pour situer les responsabilités dans la collusion présumée impliquant l'ancien chef d'Etat Jacob Zuma et des ministres de son gouvernement ainsi que des membres de la richissime famille indienne, les Gupta.

Lire aussi : « Gupta gate » : après la chute du britannique Bell Pottinger, McKinsey et KPMG menacés

Rappelons que cet appel de Washington et les autres intervient alors que le président Cyril Ramaphosa continue de se battre pour mobiliser les 100 milliards de dollars d'investissements qu'il a promis sur les cinq prochaines années. L'appel a été confirmé par le porte-parole de la présidence sud-africaine, Khusela Diko qui a indiqué qu'il s'agit d'un mémorandum signé par les ambassadeurs en Afrique du Sud des cinq pays concernés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2019 à 21:56 :
Si je lis entre les lignes, j’en conclus que les protestataires se sont fait doubler par d’autres corrupteurs plus généreux ! Un point c’est tout. Ces gens là n’ont aucune considération pour les peuples et quand ils crient c’est qu’ils n’ont pas obtenu ce qu’ils voulaient.
a écrit le 04/02/2019 à 17:26 :
Or dans ces pays il y a les états unis et sous TRump seuls eux comptent, je déconseillerais à tout chef d'état de contrarier celui-ci, même les chinois sont à genoux, les allemands c'est normal c'est leur positon favorite mais la Chine quand même et ses 1.5 milliards d'habitants...

Bref les pays qui sauront se débarrasser de leurs nombreux personnages corrompus auront les meilleurs chances d'être les puissances économiques de demain. Nous sommes à l'ère d'internet or nos chefs d'état, en tout cas en Europe, ne s'aperçoivent pas que nous voyons toutes leurs magouilles, mensonges et autres malversations, il croient que c'est comme avant !

Ben non et Trump le sait et les États Unis, puissance visionnaire s'il en est, mais par efficacité et non par idéologie, savent parfaitement que l'on ne s'oppose pas à un mouvement d'une telle ampleur, à savoir une demande profonde des citoyens du monde pour avoir des dirigeants plus honnêtes, par contre il est indispensable de l'accompagner afin de l'orienter dans leurs intérêts.

Mais on dirait bien qu'il ne reste de l'intelligence chez les dirigeants politiques et économiques qu'aux USA.
Réponse de le 04/02/2019 à 22:00 :
Mdr ! Tu as gagné la noix d’honneur du jour ! Tant d’admiration pour ce pays prédateur qu’est les USA frôle l’histérie !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :