RDC : polémique sur la retraite dorée du gouvernement

 |   |  500  mots
L'ex-Premier ministre Bruno Tshibala avait été nommé à son poste par Joseph Kabila le 7 avril 2017, pour entamer ses fonctions le 18 mai de la même année.
L'ex-Premier ministre Bruno Tshibala avait été nommé à son poste par Joseph Kabila le 7 avril 2017, pour entamer ses fonctions le 18 mai de la même année. (Crédits : DR)
En fin de parcours à la tête du gouvernement, le Premier ministre congolais s’est octroyé, à lui et membres de son équipe, des avantages faramineux ainsi que des indemnités à vie. De quoi susciter une vive polémique au regard de la situation socioéconomique du pays.

Ce n'est pas un parachute de sortie, mais plutôt une vraie retraite dorée que s'est offerte Bruno Tshibala, Premier ministre sortant de la RDC. En fin de mission à la suite de l'élection du nouveau président, Félix Tshisekedi, le dernier chef du gouvernement de l'ancien président Joseph Kabila a bien préparé sa sortie avec des avantages faramineux et des indemnités à vie pour l'ensemble du cabinet qui compte une soixantaine de membres.

C'est à travers deux décrets, publiés deux semaines avant l'élection du 30 décembre, mais qui viennent d'être relevés par la presse locale, que la liste des avantages octroyés aux anciens membres du gouvernement a été dévoilée.

Ainsi, selon le premier décret, il est par exemple attribué aux anciens Premiers ministres, et à la charge du Trésor public, une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments du Premier ministre en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à 5 000  dollars, de même qu'un véhicule neuf tous les cinq ans, un titre de voyage par an, en business class sur le réseau international, et des gardes du corps «pour la durée de leur vie».

Aux anciens membres du gouvernement, le second décret accorde une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments des ministres en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à 1000 dollars et un titre de voyage par an, en business class sur le réseau international.

Selon la décision du Premier ministre sortant, ces avantages concernent 47 ministres, 11 vice-ministres et 2 secrétaires généraux, ainsi que les personnalités exerçant les fonctions équivalentes au rang des membres du gouvernement au cabinet du président de la République et au cabinet du Premier ministre.

Lire aussi : RDC : Kabila nomme Bruno Tshibala premier ministre

Vive polémique dans le pays

Jusque-là, les anciens membres du gouvernement avaient un droit de sortie équivalant à six mois de salaires. Les nouveaux avantages que s'est accordés Bruno Tshibala ont vite fait de provoquer une vive polémique dans le pays, particulièrement sur les réseaux sociaux. Pour beaucoup, et notamment la société civile, ces indemnités sont tout simplement «scandaleuses» dans un pays où le revenu moyen par habitant est estimé à 457 dollars par an, soit 1,25 dollar par jour, selon les chiffres de la Banque mondiale pour 2017. Dans un communiqué, l'Association congolaise d'accès à la justice (ACAJ) a exigé «l'annulation des deux décrets» du Premier ministre sortant.

Malgré ses importantes ressources naturelles, la RDC est en effet l'un des pays les plus pauvres du monde. Elle est classée parmi les derniers de la planète en matière d'Indice de développement humain (IDH).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :