Ghana  : le Président John Mahama s'engage pour un scrutin paisible

 |   |  577  mots
(Crédits : DR)
Alors que les candidats aux élections présidentielles au Ghana signaient un accord de paix, le chef de l'Etat, John Mahama a formulé son engagement pour un déroulement pacifique du scrutin. Le Président ghanéen a même assuré qu'il serait le plus grand perdant d'une élection tendue. Pendant ce temps la valse des observateurs continue à Accra.

Dans quelques jours, les Ghanéens iront aux urnes pour choisir leur commandant en chef pour les quatre prochaines années. L'enjeu d'une élection paisible s'impose plus que jamais, dans un contexte où des tensions ont émaillé tout le processus jusqu'à ce jour. Après un accord de paix signé par les candidats, le Président John Mahama a affirmé qu'il faisait d'une élection paisible son affaire personnelle. Il s'y est engagé. « J'ai plus à perdre que n'importe quel autre candidat si jamais le chaos éclate au Ghana, je suis le Président, j'ai plus à perdre. Je suis impliqué dans la politique du Ghana pendant de nombreuses années. Et mon engagement pour une élection pacifique n'est pas douteux », a confirmé le Président de la République du Ghana. Selon lui, il s'agit d'une obligation morale qu'il a pour maintenir la paix et la stabilité dans son pays.

En effet, la constitution ghanéenne confère au Président de la République le rôle de garant de la paix et John Mahama en affiche la conscience. Il pourra compter sur les soutiens de la classe politique dans son ensemble et de ses prédécesseurs. A la cérémonie de signature de l'accord de paix des candidats, en plus Président-candidat du NDC, on a pu noter la présence effective de l'ex-président Jerry John Rawlings, de Georgina Wood, présidente de la Cour Suprême, Ivor Kobina Greenstreet, candidat de la CPP, Nana Konadu Agyeman Rawlings, candidate du NPD,  Brgitte Dzogbenuku, représentant le Dr. Papa Kwesi Nduom, candidat du PPP, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, candidat du NPP, Dr Edward Mahama, candidat du PNC et l'indépendant Jacob Osei Yerboah.

La valse des observateurs continue

La présidentielle au Ghana sera très suivie dans le monde. Après les remous connus lors du processus, beaucoup craignent un tas de chose. Très tôt déjà le Commonwealth qui rassemble les pays de l'espace anglophone, avait envoyé ses observateurs. C'est le tour de l'Union Africaine dont la commission en charge des élections a été clairement invitée par la commission électorale du Ghana. Dans la journée d'aujourd'hui à Accra, on attend l'arrivée des tout derniers observateurs de l'Union Africaine.

Provenant de 25 différents pays et à leur tête l'ancien président Namibien Hifikepunye Pohamba, les agents de la Mission d'observation des élections de l'Union africaine (AUEOM) auront pour tâche de veiller à la régularité du scrutin afin de contribuer à la consolidation de la démocratie au Ghana. Ceux du Commonwealth ont pu s'expérimenter ce jeudi lors de l'élection anticipée.

Les journalistes et les membres des forces de l'ordre et de la sécurité avaient accompli un vote anticipé ce jeudi 1er décembre 2016. Si tout s'est bien déroulé, certains électeurs n'ont malheureusement pas pu retrouver leurs noms dans les bureaux de vote où ils étaient censés voter. Des frustrations auxquelles la Commission électorale (CE) a tenté de répondre rapidement afin d'éviter les tensions. Eric Dzakpasu, chargé en communication de la CE a promis que des dispositions sont prises afin que ceux qui n'ont pas pu voter à cause de problème, puissent enfin le faire.

Notons que l'élection présidentielle au Ghana proprement dite se déroulera le 07 décembre 2016 prochain et rassemblera 07 candidats dont le Président sortant John Mahama et l'épouse de l'ex-Président Rawlings, Nana Konadu Agyeman Rawlings.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :