Algérie : Sonatrach et Total signent des contrats dans les secteurs du gaz et de la pétrochimie

 |   |  276  mots
Un des deux contrats concerne le projet pétrochimique commun à Arzew (ouest algérien), avec la construction d'une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène (PP) d'une capacité de 550 000 tonnes par an.
Un des deux contrats concerne le projet pétrochimique commun à Arzew (ouest algérien), avec la construction d'une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène (PP) d'une capacité de 550 000 tonnes par an. (Crédits : DR.)
Deux contrats portant sur l'exploitation de gaz et de la pétrochimie ont été signés le week-end dernier entre les compagnies pétrolières et gazières algérienne, Sonatrach, et française, Total. Les deux contrats prévoient d'importants investissements, dont des travaux de 406 millions de dollars pour le premier contrat et le forage de 24 puits.

Les compagnies pétrolières et gazières algérienne, Sonatrach, et française, Total, se sont mises d'accord dimanche dernier sur l'exploitation de gaz et de la pétrochimie en Algérie. Selon les sources officielles, les deux sociétés ont signé deux contrats dans ces deux domaines.

Dans le détail, le premier contrat d'une durée de 25 ans concerne le développement du périmètre Tin Foyé Tabankort (TFT), dans le Sahara algérien. Il prévoit la réalisation d'un programme de travaux estimés à 406 millions de dollars, lequel comprend notamment le forage de 24 puits dans les niveaux du système géologique ordovicien, mais aussi la réalisation d'un réseau de collecte des puits producteurs et le raccordement aux installations TFT.

Le second contrat, lui, concerne le projet pétrochimique commun à Arzew (ouest du pays), avec la construction d'une usine de déshydrogénation de propane (PDH) et une unité de production de polypropylène (PP) d'une capacité de 550 000 tonnes par an.

Retour des investisseurs étrangers

La signature de ces contrats signifie pour le gouvernement algérien le retour des investissements étrangers dans le secteur des hydrocarbures. Elle intervient quelques mois après la signature d'un premier contrat entre la Sonatrach et des partenaires étrangers après que les autorités algériennes ont affiché leur intention d'assouplir les conditions d'investissement, notamment dans le domaine des hydrocarbures. On se le rappelle, début octobre 2017, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia annonçait que son pays prévoyait de modifier la loi sur les hydrocarbures afin d'attirer les investisseurs étrangers dans ce secteur stratégique pour le pays.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :