Algérie  : extension du gazoduc d'El Aricha et augmentation de la capacité de Med Gaz

 |   |  438  mots
En 2017, l’Espagne a consommé 32 milliards de mètres cubes de gaz naturel, dont 11,8 milliards injectés par l’Algérie. L’Espagne est ainsi le deuxième plus gros client de l’Algérie après l’Italie.
En 2017, l’Espagne a consommé 32 milliards de mètres cubes de gaz naturel, dont 11,8 milliards injectés par l’Algérie. L’Espagne est ainsi le deuxième plus gros client de l’Algérie après l’Italie. (Crédits : DR)
Les autorités algériennes ont lancé ce mercredi 12 septembre les travaux de réalisation du projet d'extension du gazoduc EGPDF au niveau du terminal départ d'El Aricha vers le terminal arrivée à Beni Saf. D'un coût de 31,59 milliards de dinars, le gazoduc sera réalisé sur un nouveau couloir et conçu pour assurer un écoulement bidirectionnel.

Le ministre algérien l'Energie Mustapha Guitouni et le patron de la Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, ont donné ce mercredi 12 septembre le top départ des travaux d'extension du gazoduc EGPDF au niveau du terminal départ d'El Aricha (Naama) vers le terminal arrivée à Beni Saf (Ain Témouchent). D'une longueur de 197 km et d'un diamètre de 48 pouces, le projet de Gazoducs sera réalisé sur un nouveau couloir et conçu pour assurer un écoulement bidirectionnel. Il traversera les wilayas Beni Saf, Tlemcen, Sidi Bel Abbés et Ain Témouchent et répondra au besoin de sécuriser et d'augmenter l'approvisionnement de la péninsule ibérique en gaz naturel Algérien. Ainsi, la capacité de Med Gaz, le gazoduc qui relie les installations de Beni Saf au port d'Almeria en Espagne, sera augmentée de 4,5 milliards de m3 par an.

Le projet vient également répondre au besoin de dévier le flux gazier transitant par le GPDF, d'El Aricha vers Béni Saf, d'optimiser l'utilisation de la capacité de réserve, de sécuriser l'approvisionnement en gaz naturel du marché national en particulier la région ouest du pays, et permettre une flexibilité d'exploitation «capacité de réserve» sur l'axe GPDF.

Des entreprises algériennes s'occuperont des travaux de réalisation divisés en deux lots: Cosider s'occupera de 103 km (El Aricha-El Ghor) et l'Entreprise nationale des canalisations (ENAC) prendre en charge 94 km de travaux (El Ghor-Beni Saf). Quant aux tubes, ils seront fournis par l'entreprise Alfapipe. En choisissant de compter sur des moyens 100% nationaux, les autorités de tutelle du secteur visent d'abord à promouvoir l'outil national de production.

Renforcement de l'industrie gazière algérienne

A en croire le ministre Guitouni, le lancement des travaux de ce gazoduc permettra aussi de renforcer l'industrie gazière du pays et démontrera la contribution de la Sonatrach au développement de l'Algérie. «Cet ouvrage vient s'ajouter aux grands projets similaires réalisés cette année, à savoir le gazoduc de Tamanrasset d'une longueur de 530 km reliant In Salah à Tamanrasset, et le gazoduc de Djanet d'une longueur de 400 km pour l'alimentation de la région en gaz naturel ainsi que le gazoduc reliant Reggane à Hassi Messaoud», a-t-il dit avant d'ajouter que «ce projet est important parce qu'il renforcera l'industrie gazière de l'Algérie. Il  démontre l'importante participation de Sonatrach dans développement du pays».

Ould Kaddour, pour sa part, a indiqué que ces travaux s'inscrivent dans le cadre de la Stratégie de Sonatrach SH2030 qui vise à placer la compagnie parmi les cinq meilleures au monde dans le domaine des hydrocarbures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :