Côte d'Ivoire : forte augmentation des investissements publics

 |   |  247  mots
Dans politique d'investissements entamée depuis 2016, la Côte d'voire a mis le secteur privé au centre de son action gouvernementale et économique.
Dans politique d'investissements entamée depuis 2016, la Côte d'voire a mis le secteur privé au centre de son action gouvernementale et économique. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement ivoirien ambitionne d'investir près de 28,4 milliards d'euros sur la période allant de 2016 à 2020. Ce montant équivaut au triple de ce que l'Etat a investi entre 2012 et 2015.

Au cours de la période allant de 2016 à 2020, les autorités ivoiriennes projettent d'atteindre 18 600 milliards de francs CFA soit environ 28,4 milliards d'euros d'investissements. Le montant a été révélé en fin de semaine par le secrétaire d'Etat ivoirien chargé de la promotion de l'investissement privé, Emmanuel Esmel Essis, qui s'exprimait lors d'une cérémonie l'Institut ivoirien de l'entreprise (INIE), à Cocody dans la capitale ivoirienne, Abidjan. Ce montant représente le triple du montant investi sur la période allant de 2012 à 2015 et dénote de l'ambition du gouvernement ivoirien.

Parmi les principaux défis à relever en matière d'investissement, le gouvernement devrait notamment garantir un environnement des affaires favorable avec la facilitation, la dématérialisation des procédures et le renforcement du cadre juridique, de développer l'entrepreneuriat national et d'œuvrer pour la mise en place des mesures d'incitation à l'investissement dans le pays.

Le secteur privé dans le rôle de locomotive

Le nombre des entreprises privées en Côte d'Ivoire ne cesse d'augmenter. Entre 2013 et 2018, le CEPICI a enregistré 42 762 nouvelles créations auprès du Guichet unique des formalités des entreprises (GUFE). Rien que l'année dernière, plus de 14 812 entreprises ont été créées, contre 2 775 en 2013, date du lancement du processus de réformes.

Pour Esmel Essis, «le gouvernement ivoirien a mis le secteur privé au centre de son action gouvernementale et économique. Ainsi, le secteur privé devient le "drive" de tout ce qui se conquiert comme performance économique».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :