Afrique du Sud : Eskom obtient une nouvelle hausse des tarifs de l’électricité

 |   |  436  mots
En plus de ses problèmes de trésorerie, l'opérateur public Eskom est embourbé dans une crise de gouvernance suite notamment à des allégations de trafic d'influence liées au Gupta Gate
En plus de ses problèmes de trésorerie, l'opérateur public Eskom est embourbé dans une crise de gouvernance suite notamment à des allégations de trafic d'influence liées au "Gupta Gate" (Crédits : Reuters)
Le producteur d’énergie sud-africain Eskom peine à régler ses problèmes de trésorerie et de gouvernance. Une situation de crise qui l’a poussé à demander une énième hausse de ses tarifs au régulateur. Ce dernier a décidé de couper la poire en deux et de limiter cette augmentation à 5,23% contre les 20% souhaités par Eskom.

Les tarifs de consommation d'électricité vont encore augmenter en Afrique du Sud. Le régulateur du secteur vient de donner son feu vert au producteur d'énergie Eskom pour une augmentation de 5,23% de son tarif d'électricité pour l'année fiscale 2018/2019. Il n'empêche que cette hausse des prix accordée par Nersa (régulateur) est loin des 19,9% souhaités par l'entreprise.

Hausses continues depuis 2016

Cette augmentation des tarifs vient après une précédente hausse tarifaire de 2,2% accordée par le régulateur pour l'exercice fiscal 2017/2018. Une hausse qui n'aurait pas suffi au groupe pour dépasser ses problèmes de liquidité, bien qu'Eskom ait déjà profité au préalable d'une augmentation tarifaire de 9,4% au cours de l'exercice 2016/2017.

En plus de ses problèmes de trésorerie, l'opérateur public est embourbé dans une crise de gouvernance suite aux allégations de trafic d'influence et de contrats illégaux lors de l'attribution d'appels d'offres aux entreprises liées à la famille Gupta dont les liens avec les proches du président Jacob Zuma ont empoisonné la fin de mandat de ce dernier, bien que les deux parties continuent de nier tout acte répréhensible.

Le feu vert du régulateur à la demande d'Eskom est survenu après que l'entreprise d'Etat ait déclaré publiquement la nécessité d'une hausse de ses tarifs pour consolider son bilan. « Nous sommes déçus que nous n'ayons pu obtenir au moins une augmentation à deux chiffres. Nous devons maintenant retourner à nos calculs », a précisé le management d'Eskom dans un communiqué.

Risque pour la notation du pays

Côté consommateurs, cela représente une énième hausse de prix qui dépasse l'inflation provoquant au passage la colère des ménages et des industriels. D'ailleurs la dernière hausse de l'inflation qui a frappé le pays date d'octobre dernier et se situe à 4,6%. Cette situation a poussé la Banque centrale a rappelé qu'une augmentation importante des tarifs pratiqués par Eskom représentait l'une des principales raisons qui l'avait empêché de réduire ses taux débiteurs.

Le régulateur a de son côté expliqué sa décision par un souci « d'équilibrer l'intérêt public avec la durabilité d'Eskom ». Le gouvernement prévoit de son côté, un renflouement pour le fournisseur d'électricité. L'entreprise a déjà reçu une garantie de 26 milliards de dollars (350 milliards de rands), de la part du Trésor. Le cas Eskom a également été cité à plusieurs reprises par les agences de notation comme un risque majeur pour la notation de crédit de l'Afrique du Sud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :