Le Kényan Peter Ndegwa, nouveau patron de Safaricom

 |   |  605  mots
(Crédits : DR)
Nairobi a finalement eu ce qu’il voulait : un Kényan à la tête de Safaricom. Dépêché de Diageo où il était le premier Africain à diriger les activités dans toute l’Europe, Peter Ndegwa prend les rênes du fleuron kényan des télécoms.

Il prendra effectivement ses fonctions le 1er avril 2020. Peter Ndegwa est le nouveau CEO de Safaricom. « Nous sommes convaincus que Peter poursuivra notre vision de transformer des vies tout en nous concentrant sur la satisfaction des besoins de nos clients et en nous incitant à respecter notre nouvel engagement : être simple, transparent et honnête », indique le conseil d'administration de Safaricom présidé par l'homme d'affaires kényan Nicholas Nganga, dans un communiqué publié ce jeudi 24 octobre.

Homme d'expérience

Cette « conviction » du Board se fonde sur la longue et riche expérience de plus de 25 ans de Peter Ndegwa dans le management stratégique en Afrique et en Europe. Avant de s'établir à Nairobi en avril prochain, il prendra six mois pour boucler son engagement chez Diageo où il est, depuis juillet 2018, le premier Africain directeur général pour toute l'Europe. Un poste qui l'a emmené à superviser des activités dans 50 pays, y compris au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Expert-comptable agréé et titulaire d'un MBA de la London Business School, Ndegwa démarre sa carrière en 1992 chez PwC où il passe 11 ans avant de rejoindre Diageo. Ici, l'homme gravit constamment les échelons. Il a notamment joué un rôle clé dans le développement de nouvelles marques de Diageo en Afrique. Ndegwa a également été à l'œuvre à la tête de la filiale est-africaine du groupe, EABL qui, pendant cinq années consécutives, a remporté le Business Award sous-régional pour les stratégies implémentées qui ont permis de doubler la valeur de l'entreprise. Son passage aux commandes de Guiness au Nigeria et au Ghana a été marqué par une croissance à deux chiffres portée par des stratégies commerciales innovantes. Bref, l'homme est bien armé.

Le vœu de l'Etat satisfait

La nomination de Peter Ndegwa à la direction générale de Safaricom vient ainsi satisfaire un vœu ultime de l'Etat -actionnaire à hauteur de 35% : avoir un Kényan aux manettes de Safaricom après le départ tragique de Bob Collymore.

Depuis son lancement en 1997 par l'homme d'affaires sud-africain Mickael Joseph qui assure l'intérim de la direction générale depuis juillet dernier, Safaricom sera ainsi managé pour la première fois par un Kényan.

Challenge

A Nairobi, cette nomination suscite des sentiments partagés. « Peter Ndegwa a ce qu'on pourrait qualifier de curriculum vitae étoilé. C'est très bien, d'autant que c'est un Kényan », confie à La Tribune Afrique une source proche des milieux d'affaires. « Mais, poursuit la même source, le fait qu'il soit kényan suscite aussi beaucoup d'attentes. Les gens espèrent qu'il réussira à conserver, voire décupler le succès des précédents CEOs. C'est son principal challenge, car le contraire serait désastreux pour notre pays ».

Le management de son prédécesseur avait contribué, au cours de son mandat de 10 ans, à relever de plus de 400% le cours de l'action de Safaricom à la Nairobi Stock Exchange (NSE), entre autres succès.

Pour avoir été le précurseur du mobile money avec son célèbre M-Pesa qui a littéralement fait exploser la financiarisation des sociétés kényanes, Safaricom n'est plus seulement le fleuron kényan ou la plus grande compagnie télécom d'Afrique de l'Est, mais fait office de référence en Afrique en matière d'innovation, désormais seule entreprise du Continent à figurer dans le top 100 du classement Forbes des 500 meilleures entreprises au monde. Les projecteurs resteront donc braqués sur Peter Ndegwa pour voir à quelle nouvelle dimension il pourra mener l'une des entreprises africaines les plus suivies au monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :