Les pionniers africains sur le marché français (4/6) : Gervais Koffi Djondo, co-fondateur d'Ecobank

 |   |  395  mots
Gervais Koffi Djondo est d'abord un cadre servant à l'étranger et dans son pays le Togo où il occupe de hautes fonctions dans les années 1970 dont celle de ministre de l'Industrie et des Sociétés d'Etat.
Gervais Koffi Djondo est d'abord un cadre servant à l'étranger et dans son pays le Togo où il occupe de hautes fonctions dans les années 1970 dont celle de ministre de l'Industrie et des Sociétés d'Etat. (Crédits : DR)
Le projet de conquête de l'Europe de Gervais Koffi Djondo se concrétise en 2008 avec la création à Paris de EBI SA. Avec vocation à couvrir les activités internationales d'Ecobank en France, en Angleterre à Dubaï et en Chine, l'établissement accompagne les clients africains dans leurs opérations vers l'international, ainsi que les sociétés étrangères intéressées par l'Afrique.

Même si Gervais Koffi Djondo n'apparait plus dans les documents officiels d'Ecobank, désormais président d'honneur, son empreinte sur ce mastodonte africain de la finance reste indélébile. Et l'homme n'est pas si loin pour autant, comme en 2013, lorsqu'au cœur d'un scandale de gestion, il appelle à la démission de Kalopo Lawson, PCA et fils de son défunt ami et co-fondateur d'Ecobank, Adeyemi Lawson.

Lire aussi : Bill et Melinda Gates : "La surprise qui a changé nos vies"

Expert-comptable de carrière, Gervais Koffi Djondo est d'abord un cadre servant à l'étranger et dans son pays le Togo où il occupe de hautes fonctions dans les années 1970 dont celle de président de la Chambre de commerce et d'industrie, avant de rejoindre le gouvernement sous le président Gnassingbé Eyadema en 1984 en tant que ministre de l'Industrie et des Sociétés d'Etat. Ecobank voit le jour en 1985, suite à sa rencontre avec A. Lawson, alors que le désormais ex-ministre togolais est président de la Chambre de commerce d'Afrique de l'Ouest. Objectif : faire émerger une banque dans laquelle chaque Africain s'identifierait indépendamment de sa langue officielle. Le développement est fulgurant.

Lire aussi : Investissements en énergies pour l'Afrique : où en est-on ?

Au fil des années, l'actionnariat et l'organisation du premier groupe bancaire panafricain se modifient, alors que la banque s'offre une présence un peu partout sur le Continent. Pendant sept ans (1996-2013), Koffi Djondo est PCA et depuis lors, le projet de conquête de l'Europe est déjà en gestation. Ce dernier se concrétise en 2008 avec la création à Paris de EBI SA, la filiale locale au capital de 65 millions d'euros. Avec vocation à couvrir les activités internationales d'Ecobank en France, en Angleterre à Dubaï et en Chine, l'établissement accompagne les clients africains dans leurs opérations vers l'international, ainsi que les sociétés étrangères intéressées par l'Afrique. Entre temps, Gervais Koffi Djondo se met en retrait, mais son conseil reste précieux.

Lire aussi : Quels sont les pays les plus mondialisés d'Afrique ? [Rapport]

A la tête du groupe bancaire panafricain depuis le 1er septembre 2015, Adeyemi Lawson perpétue le rêve de Gervais Koffi Djondo et décide de « faire de Ecobank ce que les pères fondateurs ont voulu qu'elle soit dès le départ ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/02/2019 à 15:04 :
Bonjour,
Il semble qu'il y a une erreur dans la dernière phrase de votre article. Le dirigeant actuel n'est pas le fondateur, M. Adeyemi Lawson, mais plutôt M. Ade Ayeyemi.

Cdlt,

F.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :