Côte d’Ivoire : Barrick Gold cherche repreneur pour sa mine de Tongon

 |   |  439  mots
La mine de Tongon, située au nord de la ville portuaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, devrait produire 250 000 onces à 270 000 onces d’or en 2019.
La mine de Tongon, située au nord de la ville portuaire d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, devrait produire 250 000 onces à 270 000 onces d’or en 2019. (Crédits : Bouygues)
Après sa mine d’or Massawa au Sénégal et sa mine de cuivre Lumwana en Zambie, Barrick Gold serait sur le point de céder la mine de Tongon en Côte d’Ivoire. La mine dont les activités ont été ralenties par des mouvements de grève en 2018 a été déclarée rentable en janvier 2019 par la compagnie minière canadienne.

Barrick Gold envisagerait de vendre la mine d'or de Tongon en Côte d'Ivoire, selon des informations relayées par Reuters. Une opération menée en coordination avec la Banque canadienne, la Banque Nouvelle-Ecosse ou Banque Scotia avec laquelle le groupe collabore dans sa recherche d'investisseurs. L'information qui n'a pas encore été confirmée par les deux entités a été d'abord annoncée par Bloomberg jeudi. Selon des sources proches du dossier, la compagnie minière canadienne première producteur mondiale d'or compte lancer un processus de vente officiel à court terme pour la totalité ou une partie de ses participations.

Lire aussi : Côte d'Ivoire : malgré une année mouvementée, les projets de Barrick Gold restent rentables

La mine de Tongon, située au nord de la capitale ivoirienne à Abidjan, devrait produire entre 250 000 et 270 000 onces d'or en 2019. La société collabore également avec la Banque Scotia à la vente de son projet aurifère Massawa au Sénégal et envisage de céder sa mine de cuivre Lumwana en Zambie, a rappelé la même source. La mine de cuivre zambienne Lumwana a une capacité de production attendue comprise entre 210 millions et 240 millions de livres de cuivre en 2019, tandis que le projet de faisabilité de Massawa progresse.

Lire aussi : Côte d'Ivoire : le secteur minier renoue avec la croissance

Au début de l'année 2019, Mark Bristow, PDG de Barrick Gold, avait affirmé que la société née de la fusion entre Randgold Ressources et Barrick, compte bien poursuivre ses investissements en terre ivoirienne. Au programme, une extension de la durée de vie de la mine d'or de Tongon qui emploie quelque 1 723 personnes et la poursuite de l'exploration des sites où elle possède des permis, notamment à Boundiali  et à Mankono. La société qui a affiché un bilan satisfaisant l'année dernière a été confrontée à des mouvements de grèves au sein de la mine de Tongon. Cette dernière qui est la plus importante du secteur minier en Côte d'Ivoire a bénéficié d'investissements estimés à 312 milliards de Fcfa de la part de Barrick Gold,

Lire aussi : Côte d'Ivoire : une brigade spéciale pour lutter contre l'orpaillage clandestin

C'est au dernier trimestre de 2018 que l'accalmie est revenue à la mine, après neuf mois de production intermittente causée par des grèves et des troubles sociaux. Pour désamorcer les tensions, Barrick Gold a signé un accord de réconciliation en décembre dernier, réunissant le management de la société minière, les employés et les communautés riveraines pour instaurer un climat plus apaisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :