Le Maroc, officiellement candidat pour intégrer la CEDEAO

 |   |  634  mots
(Crédits : Reuters)
Le royaume chérifien a fait sa demande officielle d'intégration de la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest, la CEDEAO. Trouvant en l'Afrique noire, une opportunité de développer de plus en plus son économie, le Maroc affirme ainsi sa volonté à apporter sa plus-value à la structure sous-régionale.

Le Maroc revient en force sur la scène communautaire africaine. Après avoir réintégré l'Union africaine, le royaume se prépare à faire une autre entrée, relativement inattendue. D'après le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, les autorités marocaines viennent de faire officiellement la demande de devenir membre à part entière de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO).

« Dans le contexte de la tournée royale en Afrique, et notamment dans certains pays d'Afrique de l'ouest, et sur les très hautes Instructions de sa majesté le roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, le royaume du Maroc a informé, aujourd'hui, son excellence madame Ellen Johnson Sirleaf, présidente du Liberia et présidente en exercice de la communauté économique des Etats d'Afrique de l'ouest (CEDEAO), de sa volonté d'adhérer à cet ensemble régional en tant que membre à part entière », relève le communiqué du ministère.

Selon le texte, il s'agit d'une demande tout à fait dans les règles, car conforme avec les dispositions du traité fondateur de la CEDEAO et en total respect des critères d'adhésion. Cette démarche du royaume chérifien vient « couronner les liens forts aux niveaux politique, humain, historique, religieux et économique avec les pays membres de la CEDEAO », a ajouté le communiqué.

La demande d'intégration fait suite aux 23 visites dans 11 pays de la CEDEAO ces dernières années effectuées par le roi Mohammed VI pour créer ou consolider les liens entre le Maroc et les pays de la CEDEAO. Le Maroc, jouissant déjà d'un statut d'observateur, manifeste ainsi son engagement à relever, conjointement avec les pays membres de la CEDEAO et de manière solidaire, les défis auxquels la région est confrontée.

Une intégration pour renforcer le développement

La volonté du Maroc d'intégrer la CEDEAO est nourrie par un certain nombre de visions. Selon le ministère des Affaires étrangères et de la coopération, cette demande s'inscrit dans « la vision royale de l'intégration régionale comme clé de voûte du décollage économique de l'Afrique ». Le Maroc veut ainsi contribuer de manière encore plus directe, aux activités de la CEDEAO et apporter une contribution dans les domaines de la stabilité, du progrès économique et du développement humain durable.

Evidemment, en tant que membre à part entière, le Royaume pourra aussi avoir accès plus directement à un marché de 320 millions d'habitants pour notamment écouler ses produits, booster son économie et réaffirmer sa montée en puissance sur le continent. La CEDEAO est la meilleure opportunité sous-régionale du Royaume, comme le souligne le communiqué, estimant qu'elle dispose d'un « processus d'intégration des plus ambitieux et plus avancés à l'échelle du continent africain ».

S'il n'est pas encore membre de la CEDEAO, le Maroc n'est pas moins proche des pays de l'Afrique de l'Ouest. La seule dernière tournée du roi en Afrique noire, a permis de signer plusieurs centaines d'accords avec une quinzaine de pays de la région. Mieux, le Royaume avait déjà participé à plusieurs réunions de la CEDEAO en tant qu'observateur et a apporté son aide dans le domaine de la paix et de la stabilité. Il a participé par exemple à l'opération de maintien de la paix en Côte d'Ivoire, à la médiation dans les pays du fleuve Mano, à la résolution de crise en Guinée, et à la lutte contre Ebola.

Sur le plan économique, le Maroc a initié avec les pays de la CEDEAO des projets structurants, comme le Gazoduc Maroc-Nigeria à travers les pays de la sous-région, et comme la promotion d'un espace nord-ouest africain comme espace de stabilité et développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2017 à 13:22 :
Si le maroc intègre la cedeao peut on encore parler d'organisation Ouest africaine?
a écrit le 27/02/2017 à 8:02 :
Yves ce n'est pas une pub. c'est un article que moi j'aprecie bien. bon courage a vous ici
a écrit le 27/02/2017 à 0:26 :
Ce me semble cependant une très bonne chose pour nous déjà membre de la CEDEAO. Les marocains sont très proches de nous. Parmi les pays du maghreb, c'est le pays où les citoyens sont considérés par le pouvoir et où une relative liberté de la femme est observée. Le Maroc aussi un guide religieux proche de l'Islam pratiqué dans nos contrés (Un Islam cohabitant harmonieusement avec les autres religions) avant l'apparition de Boko Haram, sortie de l'on ne sait où. Nous n'avons jamais non plus enterré nos rois. Observez leur présence à chaque déplacement du roi Mohamed VI. Le Maroc est en tout cas plus proche des pays de la CEDEAO que la hautaine Mauritanie. Bienvenue à la Maison, son excellence Mohamed VI.
a écrit le 26/02/2017 à 22:15 :
Bonjour,

j'aimerais avoir les informations sur le journal économique et les finances dans la sous-région et en afrique.
merci de nous tenir informé.

bon dimanche !
a écrit le 26/02/2017 à 13:36 :
Encore de la propagande pour le Maroc. Emmanuel combien il t'a payé le Roi Momo pour cette pub qui tu veux passer comme news? Pas un mot sur POURQUOI le Maroc n'est pas deja membre: c'est en raison de son annexation-colonisation ILLEGALE du Sahara Occidentale, non reconnue par l'ONU.
Réponse de le 28/02/2017 à 0:33 :
Yves, ton Sahara Occidentale n'est pas non plus reconnue comme Etat par l'ONU.
Réponse de le 28/02/2017 à 11:06 :
Mon cher Yves,

Je pense que tu ne réalise pas tes propos. En tant que marocain laisse moi t'expliquer ce qu'est le Sahara : Le Maghreb était un seul territoire avant la colonisation et la province du Maroc contenait le Sahara.
Le Sahara était colonisé par les espagnol et le Maroc entier s'est déplacé pour le libérer à travers la "marche verte" .
L' Algerie n'ayant aucun accès à la mer atlantique souhaitais profiter du Sahara pour en créer un . Elle constitua alors ce qu'on appelle le Front Polisario qui n'est en fait qu'un mélange de militaire et de sarhaoui algerien
a écrit le 25/02/2017 à 22:00 :
Ceci se place en tout cas dans la perspective de l'intégration africaine, ultime objectif de l'Union Africaine
Réponse de le 04/03/2017 à 9:48 :
En tout cas cela va dans la direction de l'intégration régionale. Quand est ce que les africains comprendront que seule l'intégration continentale permettrait à l'Afrique d'avancer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :