Déja deux millions de Sénégalais inscrits pour la carte d’identité CEDEAO

 |   |  554  mots
(Crédits : Reuters)
Premier pays à avoir lancé la carte d'identité commune à la CEDEAO, le Sénégal annonce aujourd'hui avoir inscrit près de 2 millions de personnes. Pourtant malgré la satisfaction affichée par Dakar, les autorités sénégalaises ont encore du mal à accorder inscription et confection d'une carte qui devrait permettre d'achever l'intégration au sein des 15 pays membres de cet espace sous régional. Détails

Les Sénégalais sont très enthousiastes à l'idée de se doter de la carte nationale d'identité biométrique de la Cedeao. C'est ce qui ressort des chiffres des inscriptions dévoilés par la Direction de l'automatisation du fichier(DAF), un démembrement du ministère de l'Intérieur sénégalais. Près de 2 millions de Sénégalais se sont inscrits pour obtenir cette carte d'identité, synonyme de liberté de circuler librement sans visa ni autre document dans les 15 pays qui composent l'espace sous régionale de la CEDEAO.

Lancé le 4 octobre 2016 par le président Macky Sall pour le Sénégal (premier pays à franchir le pas), la confection des cartes biométriques fait partie d'un vaste mouvement de la Cedeao de renforcer l'intégration de l'ensemble régional ouest-africain. Dans ce cadre, la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), créée en 1975, avait annoncé comme mesure, la création d'une carte d'identité biométrique commune aux 320 millions d'habitants vivant dans les 15 pays qui la composent.

La carte, équipée d'une puce contenant les filiations et informations biométriques de son détenteur, devrait être un tout en un. En effet, cette seule carte pourra faire office, au sein de la Cedeao, de carte d'identité, de carte de santé, de permis de conduire... Elle permettrait aux Etats d'avoir un fichier centralisé des habitants de l'espace Cedeao et de gérer ensemble une stratégie de gestion des flux humains au sein de l'espace.

2 millions d'inscrits mais loin du compte !

Jusque-là, le Sénégal est le premier pays à avoir mis en place les structures pour un démarrage effectif de la confection des cartes d'identité CEDEAO. Le pays ouest-africain a réussi à enrôler 2 millions de ses citoyens entre octobre 2016 et janvier 2017. Prévues pour prendre fin en avril 2017, les opérations d'enrôlement pour les nouvelles cartes devraient permettre d'atteindre la barre symbolique des 4 millions d'inscrits pour une population sénégalaise estimée à près de 14 millions de personnes, selon les projections de la DAF.

« Au plus tard fin avril, nous devrions terminer l'enrôlement des Sénégalais. Nous avons encore 2 mois et demi voire 3 mois pour cette opération. Si aujourd'hui nous avons pu atteindre 2 millions de personnes enrôlées, nous sommes en droit d'espérer atteindre les 4millions de personnes d'ici la fin de l'opération », s'est réjoui Ibrahima Diallo, le directeur général de la DAF lors d'une rencontre avec la presse sénégalaise.

Cependant, sur le terrain, l'enthousiasme des demandeurs de carte ne rime pas toujours avec efficience du service. Toujours selon les chiffres de la DAF, 350.000 nouvelles cartes seulement ont été effectivement confectionnées soit un de 17,5%. Le Sénégal est donc loin du compte même avec ses 45 commissions administratives installées dans les préfectures du pays sans compter celles des sous-préfectures, des communes et les missions itinérantes pour enrôler les Sénégalais de la diaspora.

Le mouvement de confection des cartes devrait également débuter dans les autres pays* de l'espace Cedeao, encore à la traîne.

*Les pays membres de la CEDEAO : Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d'Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone, Togo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :