Richard Attias  : « De nouveaux problèmes apparaîtront suite au confinement »

 |   |  1468  mots
Richard Attias, Executive Chairman de Richard Attias & Associates.
Richard Attias, Executive Chairman de Richard Attias & Associates. (Crédits : R. Attias)
L'homme d'affaires marocain, à la tête de Richard Attias & Associates et du New York Forum Institute (NYF-Institute), revient pour La Tribune Afrique, sur la capacité de résilience africaine en période de pandémie, tout en prévenant que le Covid-19 ne doit occulter ni les écueils structurels du continent, ni les autres défis éducatifs ou sanitaires du moment...

La Tribune Afrique - Que recouvrent les activités du New York Forum Institute qui a organisé le 19 mai dernier, une table ronde virtuelle réunissant plusieurs chefs d'Etat et personnalités africaines?

 Richard Attias : Le New York Forum Institute est une Fondation à but non lucratif que j'ai créé à New York il y a 10 ans, au moment de la crise économique où se posait la question de l'emploi et en particulier, au sein de la jeunesse africaine. Nous avons créé le New York Forum Africa qui s'est tenu pendant 5 années consécutives à Libreville, au Gabon. Ce rendez-vous est actuellement en suspens, néanmoins nous avons organisé plusieurs événements sur le continent comme le Sommet de l'Union africaine (UA) à Niamey ainsi que des Forums internationaux au Sénégal, au Kenya, au Togo et au Bénin.

Pourquoi avoir organisé une table-ronde virtuelle sur la gouvernance sans attendre la fin de la pandémie pour mesurer les impacts de la crise sanitaire sur les économies africaines. Serait-ce « l'effet pangolin » ?

Ce n'est pas « l'effet pangolin ». Je me bats pour que le continent où je suis né dispose d'une voix de véritable information. On a tendance à voir le verre à moitié vide... Tout le monde avait prédit que l'Afrique serait complètement anéantie par ce virus avant même qu'il n'arrive sur le continent. Le monde attendait avec beaucoup d'attention, le tsunami annoncé, mais l'hécatombe n'est pas venue. Il ne faut pas attendre la fin de cette épidémie, car nous n'avons aucune visibilité sur ce point. Toutefois, il est important de montrer la résilience de l'Afrique qui s'en sort plutôt bien et qui a su prendre des mesures fortes pour endiguer la pandémie, en dépit d'un système hospitalier peu performant....

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :