La Fondation Gates mise sur la R&D pour sortir de la logique du « tout humanitaire »

La conjoncture mondiale a précipité les indicateurs de développement dans le rouge. Entre craintes sanitaires, insécurité alimentaire et recul des droits des femmes, la Fondation Bill et Melinda Gates revient, dans la 6è édition du rapport Goalkeepers publié le 13 septembre dernier, sur les défis et les perspectives du continent. Décryptage.
(Crédits : Reuters)

« Nous sommes à mi-parcours dans l'atteinte des objectifs de développement durable (ODD) et, malheureusement, presque tous les indicateurs sont dans le rouge », a prévenu Cheikh Oumar Seydi, directeur Afrique de la Fondation Bill et Melinda Gates, à l'occasion d'un point presse organisé le 13 septembre. « Les droits des femmes ont reculé de plusieurs décennies (...) Ni l'Afrique ni le reste du monde ne sont sur la bonne voie », a-t-il ajouté en se référant au dernier rapport Goalkeepers de la Fondation Gates intitulé L'avenir du progrès », sorti le même jour.

Ce sixième rapport annuel revient sur l'impact de la pandémie de Covid-19, des guerres (Ukraine et Yémen), des crises climatiques et alimentaires et des freins macroéconomiques qui pèsent sur l'atteinte des ODD des Nations Unies. La fondation Gates appelle les « dirigeants du monde entier » à respecter « leurs engagements envers les plus pauvres », les encourageant à investir massivement « dans l'innovation ». Cet appel rejoint le recentrage stratégique de la fondation qui investit chaque année, l'équivalent d'un milliard de dollars sur le continent africain et qui cherche aujourd'hui à réaliser des investissements pérennes pour sortir d'une approche strictement humanitaire.

« L'objectif n'est pas d'accroître l'aide alimentaire, mais de s'assurer que personne n'en ai plus besoin dans l'avenir », a déclaré Cheikh Oumar Seydi pour qui la guerre en Ukraine a révélé l'ultra-dépendance alimentaire d'un certain nombre de pays africains. « Dans ce rapport, nous avons a voulu proposer des solutions durables même si nous poursuivrons des actions humanitaires ponctuelles pour répondre à des situations d'urgence », a-t-il précisé.

Des progrès globaux qui cachent de profondes disparités géographiques

« Il n'est en rien surprenant que les progrès soient au point mort du fait des nombreuses crises », estime Bill Gates, par voie de communiqué. « Nous sommes à un point d'inflexion historique ; et la façon dont le monde réagira à ces retards aura un impact sur ce qui va se passer maintenant, mais également pour les générations à venir. Des millions de vies sont en jeu », ajoute Mark Suzman, PDG de la Fondation Gates qui appelle « les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les organisations philanthropiques à faire davantage pour atteindre les objectifs ambitieux (de l'ONU) et à continuer d'investir dans de nouvelles façons de penser, de nouveaux outils et données, et des solutions éprouvées pour s'assurer que chaque personne puisse avoir l'opportunité de vivre une vie saine et productive ».

Malgré les incertitudes liées à la conjoncture mondiale, la fondation Bill et Melinda Gates fait ressortir un certain nombre de progrès. Sur le plan sanitaire, entre 2000 et 2020, les décès annuels liés à l'épidémie de VIH-SIDA ont baissé de 60 %. Le rapport Goalkeepers s'appuie notamment sur cet exemple pour souligner le bien-fondé d'investir dans des solutions novatrices à long terme. Avec la découverte de nouveaux traitements, la situation sanitaire progresse même si, selon l'ONUSIDA, 7 personnes sur 10 décédées du sida dans le monde en 2020 étaient africaines (sur les 680 000 personnes décédées des causes liées au VIH, près de 500 000 vivaient en Afrique).

Cheikh Oumar Seydi a également rappelé que « le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté a diminué d'environ un quart au cours de la dernière décennie et la mortalité des enfants âgés de moins de 5 ans a baissé d'un tiers ».

Globalement, le taux d'extrême pauvreté a baissé, passant de 54% à 41% en 25 ans selon les Nations Unies. Cependant, le nombre d'Africains vivant avec moins de 1,90 dollar par jour a augmenté du fait de la croissance démographique, tant et si bien qu'en 2015, la moitié des personnes les plus pauvres au monde, vivaient en Afrique subsaharienne.

La fondation alerte sur le recul des droits des femmes

« Lorsqu'il s'agit de l'avenir du progrès, à savoir pas uniquement envers les objectifs mondiaux liés à l'égalité des sexes, mais également ceux relatifs à la bonne santé, à une éducation de qualité, à l'élimination de la pauvreté, etc. - un moteur permettant de les stimuler tous existe : le pouvoir des femmes », a fait savoir Melinda French Gates, par voie de communiqué.

Pour Cheikh Oumar Seydi aussi, l'augmentation du pouvoir d'achat des femmes, se répercute mécaniquement sur les ODD des Nations unies et favorise la construction d'un « monde plus égalitaire ». Néanmoins, le directeur Afrique de la fondation Bill & Melinda Gates estime que le « monde n'atteindra pas l'égalité des genres avant 2108, soit 3 générations plus tard que prévu », conséquence d'un net recul en matière d'égalité hommes-femmes, observé depuis quelques années.

S'appuyer sur les femmes, mais aussi sur l'innovation au service du développement, tel est l'orientation prise par la fondation en 2022. « En Afrique, l'environnement se détériore plus rapidement que dans le reste du monde, mais les innovations stimulent l'agriculture durable malgré les chocs climatiques », a souligné Cheikh Oumar Seydi pour qui le développement du secteur agricole est devenu la priorité absolue, sur fond de crise(s) conjoncturelle(s).

Entre plantation de cultures « climato-intelligentes » et modélisation prédictive pour augmenter la productivité et protéger les cultures du changement climatique, la fondation Bill & Melinda Gates s'applique activement à trouver des solutions durables, afin d'extraire de leur dépendance, les quatorze pays africains qui importent aujourd'hui près de la moitié de leur blé d'Ukraine et de Russie.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.