Apparition publique : quand Abdelaziz Bouteflika se rappelle aux Algériens...

 |   |  479  mots
(Crédits : Reuters)
Un accueil dans la ferveur sur l’esplanade de la Mosquée de Ketchaoua dont il est venu inaugurer la réouverture après restauration. Sur les chaînes algériennes, les images de ce déplacement d’Abdelaziz Bouteflika ce lundi à Alger sont reprises presque partout. En raison de sa convalescence, le président algérien n’était plus apparu en public depuis 2016. Cette nouvelle sortie met peut-être fin aux spéculations sur la santé présidentielle. Elle n’en alimente pas moins d’autres sur sa candidature à un cinquième mandat.

En fauteuil roulant, dans son costume trois pièces sombre, Abdelaziz Bouteflika a tiré le ruban dévoilant la plaque à l'entrée de la Mosquée Ketchoua d'Alger. L'édifice, en partie en ruines, a été rénové grâce à une contribution de sept millions d'euros de l'agence turque Tika.

Santé présidentielle restaurée

Un parallèle avec une santé présidentielle recouvrée d'un AVC qui l'avait frappé peu avant sa réélection à un quatrième mandat en 2014 ? En tout cas, le président algérien est apparu tout sourire, saluant la foule massée sur l'esplanade de la mosquée et a lancé le démarrage de travaux d'extension d'une ligne de métro de la capitale.

Mais c'est moins la santé apparemment recouvrée du chef de l'Etat que la signification de cette inauguration acclamée par ses partisans qui fait l'objet de commentaires. Beaucoup y voient une précampagne devant préfigurer d'une officialisation de la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat, après avoir passé 19 ans à la tête de l'Algérie.

Difficile en effet de ne pas relever la concordance entre cette sortie médiatisée du numéro Un algérien et cet appel sans équivoque lancé samedi dernier par Djamel Ould Abbès, le secrétaire général du Front de libération nationale (au pouvoir), en direction du président sortant.

Spéculations sur une candidature à un cinquième mandat

« Au nom de tous les militants du parti du FLN, au nombre de 700.000, et au nom de ses partisans et ses sympathisants, je m'engage en tant que secrétaire général à transmettre au président de la République les souhaits et le désir des militants de le voir poursuivre son œuvre », a fait savoir Djamel Ould Abbès lors d'une réunion de ministres et de députés du parti dont le chef de l'Etat est le président d'honneur.

De là à conjecturer sur une candidature du président sortant à un cinquième mandat, il n'y a qu'un pas que le top management de l'ex-parti unique à allègrement franchi. Pour l'heure, ce sont les supputations, sur un scénario proche de celui de 2014 où la candidature du président a été tardivement annoncée, qui l'emportent. L'opposition étant convaincue que ce déplacement est un top départ déguisé de la campagne pour la présidentielle de 2019.

Abdelaziz n'a pas encore officiellement posé acte de candidature. Mais l'annonce de ses proches d'un cahier récapitulatif de ses réalisations de 1999 à 2019, apporte de l'eau au moulin de ceux qui croient mordicus à la candidature du président. Toutefois, dans le cercle présidentiel on élude la question. Même cette apparition publique inédite est enveloppée dans le cadre d'une « visite de travail ». Et si Abdelaziz Bouteflika voulait seulement se rappeler à ses compatriotes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :