Standard & Poors : le Mozambique au bord de la défaillance

Standard & Poor's a dégradé la note souveraine du Mozambique sur le long terme. En fin de semaine, le pays a dégringolé de "CCC" (ultra spéculatif) à "CC" (en défaut avec quelques espoirs de remboursement). Le gouvernement avait pourtant annoncé des projets de restructuration de ses dettes devenues insoutenables, ce qui n’a pas joué en sa faveur. L’agence américaine y voit un défaut pour les investisseurs des titres obligataires du Mozambique.
Le Mozambique vient de voir sa note dégradée au triple C par l'agence américaine Standard & Poor's, malgré quelques réformes introduites pour alléger la dette record du pays
Le Mozambique vient de voir sa note dégradée au triple C par l'agence américaine Standard & Poor's, malgré quelques réformes introduites pour alléger la dette record du pays (Crédits : Reuters)

 Les projets de restructurations annoncés par le gouvernement mozambicain pour juguler ses dettes, sont loin d'avoir convaincu Standard & Poor's.  Pour l'agence d'analyse et de notation américaine, les marges de manœuvre disponibles dans l'opération sont assimilées à un défaut pour les investisseurs des titres obligataires du Mozambique. Une décision qui a justifié le déclassement du pays de ''CCC'' à ''CC'' (soit d'une économie en mouvement à une économie stagnante et ultra endettée avec de faibles espoirs de remboursement).

Lire aussi : Emploi : et si l'entrepreneuriat, était une 'fausse bonne idée' ?

A la mi 2016, le gouvernement avait émis 726 millions de dollars US de nouvelles obligations arrivant à terme en 2023. Dans ce cadre, le pays devrait verser une première tranche de remboursement de 60 millions USD le 18 janvier 2017 prochain. Standard & Poor's prévoit que le Mozambique « formulera des propositions avec pour effet de reporter le respect des engagements liés à cette première échéance et prolongera ainsi les délais de paiement sur le long terme ».

D'ailleurs, Maputo devait normalement procéder à un versement de 600 millions de dollars à la fin 2017, au titre de sa dette. Une échéance qui a de fortes chances de ne pas être respectées vu la situation économique du Mozambique où les réserves de change sont épuisées. Chose qui a poussé Standard & Poor's à conclure que les accords de paiement ne seront pas respectés.

Une économie plombée par la dette

La dette bilatérale mozambicaine reste conséquente. Elle constitue 42% des obligations extérieures du pays. Aujourd'hui face aux caractères intenable de la dette et sur ces effets pervers sur l'économie, rares sont les investisseurs susceptibles de prendre le risques de se positionner sur les titres de Maputo.

A en croire les analyses de la BAD, alors qu'il était supposé arriver à maturité en 2023, l'eurobond mozambicain est actuellement évalué à un taux de 10,5% équivalant à 59% de sa valeur d'émission, soit l'écart de rendement le plus important des obligations souveraines africaines (+12,7 points de base, soit 23,1%).

Lire aussi : PDG d'Orange Afrique : « La mise en oeuvre du dégroupage rencontre des difficultés »

Le Mozambique ne jouit actuellement pas des faveurs de la communauté internationale. Dû à des scandales d'emprunts clandestins, le pays avait été lâché par la Banque mondiale et le FMI. Pour l'aider à s'extraire du poids de sa dette, le FMI a suggéré que soit mis sur pied une opération de restructuration, pré-requis du rétablissement de leur relation. Selon une analyse récente de Moody's, seule une profonde restructuration pourrait rendre tenable la dette publique de la Mozambique.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.