Un projet pilote de récupération du cobalt des piles africaines usagées

 |  | 405 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Fairphone)
Deux entreprises néerlandaises se sont associées à d'autres innovateurs circulaires ainsi que le gouvernement néerlandais, dans un projet qui prouve que les piles usagées d'Afrique peuvent être utilisées pour produire des matériaux propres pour l'avenir.

Recycler sur la durée les matières toxiques pour les nappes phréatiques et les écosystèmes environnementaux africains. Voilà le défi que viennent de relever les entreprises sociales néerlandaises Closing the Loop (CTL) et Fairphone en réussissant l'expédition d'un conteneur rempli de batteries au lithium-ion depuis l'Afrique vers l'Europe.

Les batteries ont été collectées au Nigeria, avant d'être expédiées en Europe pour y être recyclées en toute sécurité. Dans le cadre de ce projet pilote, plus de 5 000 kg de piles ont été collectés en rémunérant les communautés locales du Nigeria afin d'éviter que les piles ne finissent dans des décharges. Une approche créatrice d'opportunités d'emploi locales et d'amélioration des conditions environnementales.

« Les piles sont arrivées à Anvers au début de l'année 2020, où elles ont prises en charge dans un centre de recyclage », révèle un communiqué de Fairphone.

La cargaison a été financée par un certain nombre de clients de CTL, dont le gouvernement néerlandais, très impliqué dans les questions de développement durable.

« La collecte de piles usagées au Nigeria offre d'importants avantages sociaux et environnementaux, car il n'existe pas sur le continent africain de sites sûrs de recyclage de piles », avance le management de l'entreprise néerlandaise. De fait, les piles sont souvent traitées dans des conditions sanitaires et environnementales dangereuses, ou bien jetées et brûlées à l'air libre avec d'autres produits électroniques.

Lire aussi : Plainte contre les GAFA : une nouvelle stratégie pour contrer le travail des enfants dans les mines de cobalt en RDC

Le modèle commercial innovant de CTL permet de collecter et d'expédier en toute sécurité ces batteries d'Afrique de l'Ouest vers l'Europe. Pour Fairphone, cet envoi est la première étape de son plan à long terme visant à utiliser des matériaux recyclés comme le cobalt en provenance de régions où les infrastructures de recyclage sont limitées, afin de produire une batterie de téléphone portable plus équitable.

Pour Fairphone, « le projet pilote montre à l'industrie technologique qu'il est possible de mettre en place des modèles commerciaux luttant contre les déchets électroniques en Afrique et que, malgré les difficultés bureaucratiques, la collecte et le recyclage des batteries en provenance d'Afrique sont réalisables et même commercialement viables ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :