Bénin : la Loi de finances 2017 booste le budget des infrastructures

 |   |  481  mots
(Crédits : Reuters)
Dans son projet de budget pour le compte de 2017, le gouvernement béninois a mis l'accent sur le programme d'infrastructures, inscrit en bonne place. En termes de prévisions, le département des infrastructures est à 162,7 milliards de Fcfa en 2017 contre 62,8 milliards de Fcfa en 2016, soit un accroissement de 163%. Certains grands projets sont prévus dont le contournement Nord de Cotonou.

Dans son exposé en face aux commissaires du parlement le ministre des infrastructures du Bénin, Hervé Hèhomey a dû s'expliquer longuement. Le budget des infrastructures du pays s'est fortement accru. En 2016 il était à 62,8 milliards de Fcfa. Pour 2017, il sera de 162,7 milliards de Fcfa, soit une augmentation sensible de 163%. Laquelle le ministre des infrastructures reconnait et défend en argumentant que son projet répond à un certain nombre de besoins importants, dont quelques infrastructures stratégiques à réaliser.

« Nous avons prévu  un certain nombre de réformes, notamment en ce qui concerne le fonds routier et l'entretien routier. Comme travaux d'infrastructures prévus, je peux citer le contournement Nord de Cotonou, le nouvel aéroport de Glo-Djigbé, la route portuaire qui va quitter les villas Cen-Sad et l'autoroute Cotonou-Porto-Novo », a expliqué Hervé Hèhomey.

Mais le ministère des infrastructures ne jouit pas d'une très bonne réputation auprès des élus du peuple. Le gouvernement de Yayi Boni, prédécesseur de Patrice Talon, avait lancé un vaste programme de Grands travaux qui n'a malheureusement pas pu aboutir avant son départ. Face à des accusations de détournement du département en charge des infrastructures, le ministre de Patrice Talon nouvellement arrivé, sait qu'il doit mieux s'expliquer pour convaincre les députés.

Le Bénin, bientôt plateforme de services

C'est le géographe américain John Igue qui qualifiait le Bénin ''d'Etat-entrepôt''. Un avis partagé par le gouvernement Béninois même, qui pense que le Bénin doit dépasser cette situation de pays de transit. Cela fait partie des nouvelles préoccupations de l'équipe Patrice Talon qui a établi une liste de besoins, ceux dont le ministre en charge des infrastructures parle.

« Ces besoins restent dans la vision du gouvernement qui veut de notre pays, au-delà d'un pays de transit, une véritable plateforme de services. Nous avons également dans la vision du gouvernement le tourisme qui est aujourd'hui vu comme un véritable levier de développement, créateur de richesses et d'emplois », a-t-il commenté en face des parlementaires.

A en croire Hervé Hèhomey, l'impressionnant projet infrastructurel répond à ces ambitions du gouvernement de faire croître le côté attractif du Bénin. Une explication que les députés n'ont pas manqué de saluer. « J'ai noté avec beaucoup de bonheur que les députés avaient des convergences de points de vue avec le gouvernement sur le volet des d'infrastructures et des transports », a confié le membre du gouvernement à la fin des audiences.

Il faut croire que le Bénin en changeant de Président n'a pas modifié ses rêves. Ceux de faire du Bénin, un pays qui attire grâce à ses routes, ses autoroutes, ses boulevards... Un pays qui devienne un passage obligé des commerçants, grâce à la qualité de ses routes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :