Bénin : le GIABA en croisade contre l'argent sale et le terrorisme

 |   |  350  mots
(Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
Le Groupe inter-gouvernemental d'action contre le blanchiment d'argent en Afrique de l'Ouest (GIABA) semble déterminé à en finir le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Il va lancer une vaste campagne régionale de sensibilisation au Bénin.

Avec l'appui des autorités béninoises, le GIABA compte sensibiliser les organisations de la société civile sur les fléaux blanchiment des capitaux et du financement du terroriste ainsi que de leurs effets néfastes sur les économies des Etats de la région ouest-africaine. Pour cela, le GIABA compte lancer depuis le Bénin, une campagne pour contrer le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

« Cette campagne permettra aussi aux acteurs de la société civile ouest-africaine de renforcer leurs capacités à conjuguer leurs efforts, tant entre elles qu'avec les acteurs étatiques et du secteur privé en vue de leur plus grande implication dans la lutte », a indiqué Adama Coulibaly, directeur général du GIABA dont la démarche est.

La société civile, cheville ouvrière de la lutte contre ces fléaux

L'initiative du GIABA, soutenue par le gouvernement béninois à travers le ministère de la justice, vise à susciter de la part des organisations de la société civile des actions de plaidoyer pour la mise en œuvre effective des mesures législatives et réglementaires de lutte au sein des Etats de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

Le secrétaire général du ministère béninois de la justice, André Sagbo a estimé que l'apport des organisations de la société civile est déterminant dans la lutte contre le blanchiment de l'argent dans la sous-région.

« Nul ne peut ignorer de nos jours l'apport important des organisations de la société civile dans l'enracinement et la consolidation de la démocratie et la promotion des valeurs de la bonne gouvernance dans les pays de l'espace ouest-africaine », a rappelé André Sagbo.

Le représentant du ministère béninois de la justice a dévoilé la cheville ouvrière pour la lutte contre ces deux fléaux.  « Faire appel au dynamisme des organisations de la société civile dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme en les sensibilisant me paraît une excellente chose », a conclu André Sagbo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :