Algérie : élu à la tête du FCE, Sami Agli s’engage à éloigner le patronat de la politique

 |   |  485  mots
A 41 ans, Sami Agli est le nouveau président du Forum des chefs d'entreprise (FCE), l'organisation patronale algérienne.
A 41 ans, Sami Agli est le nouveau président du Forum des chefs d'entreprise (FCE), l'organisation patronale algérienne. (Crédits : DR)
Le Forum des chefs d’entreprise (FCE) a élu ce lundi 24 juin son nouveau président. L’homme d’affaires Sami Agli succède ainsi à Ali Haddad, qui a été obligé de démissionner fin mars dernier. Le nouveau patron des patrons algériens aura comme principal défi de redorer le blason d’une organisation qui a pâti de la trop grande proximité de Haddad avec l'ancien président Abdelaziz Bouteflika.

Le Forum algérien des chefs d'entreprises a un nouveau patron, Sami Agli, qui a été élu à l'unanimité, à l'issue de l'Assemblée générale élective qui s'est tenue le lundi 24 juin à Alger. A 41 ans, Sami Agli, PDG du groupe Agli et membre actif de l'organisation patronale algérienne depuis une dizaine d'années, succède ainsi à Ali Haddad, qui a été poussé à la démission de la présidence du FCE, le 28 mars dernier.

Diplômé de l'Ecole d'ingénieurs CESI France et de la Weller International Business School de Paris, Sami Agli est connu dans le milieu des affaires algérien pour son engagement dans la promotion de la PME et de l'entrepreneuriat. Avant sa nomination ce lundi, il était délégué du FCE de la wilaya de Biskra depuis 2014, membre du Conseil exécutif et vice-président du Forum depuis fin 2018. Son élection à la tête du FCE n'était d'ailleurs qu'une formalité puisqu'il était le seul candidat en lice après le retrait de Hacen Khelifati.

Aussitôt élu, le nouveau président du FCE, a tenu à saluer «la grande mobilisation des membres du Forum des chefs d'entreprise ainsi que leur attachement à l'organisation».

Lire aussi : Algérie : le président par intérim du Forum des chefs d'entreprise « poussé » à la démission

Une crédibilité mise à rude épreuve

Tout juste couronné, Sami Agli a animé une conférence de presse au cours de laquelle il a décliné sa feuille de route, ainsi que ses ambitions à la tête du patronat. Un programme qui peut se résumer en un seul défi, celui de redorer l'image d'une organisation qui a beaucoup pâti de la proximité de ses anciens dirigeants avec le régime d'Abdelaziz Bouteflika.

«Nous tirons des leçons de ce qui a été fait, il y a des choses qui n'ont pas été bien faites et que nous allons bannir de notre organisation», a-t-il assuré, ajoutant que sa première tâche sera de montrer «qu'il y a un réel changement, un changement qui est basé sur la confiance et la transparence».

«Je serai comptable devant l'opinion de ce que sera le FCE à l'avenir [...] Nous nous engageons à faire en sorte que notre travail et mission soient à 100% économiques, c'est-à-dire une organisation qui aura pour raison d'être de défendre ses membres qui sont des entreprises et devenir une force de proposition pour le développement économique de notre pays», s'est engagé le nouveau président du patronat algérien, Sami Agli.

Ainsi et afin d'éloigner l'organisation de la politique et lui rendre sa crédibilité, Sami Agli a annoncé qu'une charte sera bientôt élaborée pour exiger des membres du FCE de signer un engagement de ne pas impliquer l'organisation dans aucune campagne électorale. «Libre à un membre de vouloir faire de la politique, mais ce sera sans engager ou utiliser le FCE».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :