Algérie : la Sonatrach signe deux accords pour développer les champs gaziers de Gassi-Touil

 |   |  331  mots
(Crédits : Reuters)
C’est avec deux entreprises nationales que la société des hydrocarbures algérienne Sonatrach a conclu un partenariat pour développer les champs gaziers de la périphérie de Gassi-Touil, composés de 47 puits. Un pas supplémentaire dans la stratégie d’intégration de son réseau.

La société nationale d'hydrocarbure algérienne Sonatrach a signé deux accords pour développer son secteur gazier. Le partenariat conclu ce dimanche 30 décembre à Alger vise à concrétiser le développement et l'exploitation des champs gaziers de la périphérie de Gassi-Touil, constituée de 47 puits. Les deux contrats d'Engineering Project Construction (EPC) ont été distinctement signés d'une part avec l'Entreprise nationale de grands travaux pétroliers (ENGTP), filiale de Sonatrach, et d'autre part avec la société Cosider Canalisation.

Deux projets échelonnés sur deux ans

Le premier accord entre Cosider canalisation et Sonatrach porte sur la réalisation d'un réseau de collecte pour le raccordement et la mise en production de 25 puits vers le centre de traitement existant à Rhourde Nouss (Illizi). Le projet d'un montant de 21 milliards de dinars algériens soit 177 millions de dollars, devrait être finalisé à la fin de l'année 2020. Il inclut la fourniture par Cosider canalisation des études d'ingénierie de détail, la construction et le montage sur site ainsi que les essais et mise en service. Le second accord de Sonatrach avec la société l'ENGPT porte sur la réalisation d'un réseau de collecte en vue du raccordement et de la mise en production de 22 puits vers le centre de traitement de gaz existant au niveau de Gassi-Touil. D'un coût de plus de 32 milliards de dinars algériens, soit 269 millions de dollars, ce deuxième projet sera également achevé d'ici deux ans.

Lire aussi : Hydrocarbures : Sonatrach et Eni investissent dans de nouveaux projets

La périphérie de Gassi-Touil se trouve à 150 km au Sud-Est de Hassi Messaoud. La zone comporte en tout six champs gaziers avec un total de 47 puits pour une production estimée à près de 12,3 millions de mètres cube par jour. Les projets entrent dans la stratégie du groupe algérien de parvenir à un taux d'intégration d'environ 55% de son réseau, mais aussi d'optimisation des installations existantes de la Sonatrach.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :