Le Niger reçoit un financement de 128,8 millions de dollars pour un projet environnemental

 |   |  373  mots
(Crédits : DR.)
La Banque africaine de développement va débloquer en faveur du Niger, une enveloppe de 128,8 millions de dollars. Les fonds devraient servir à financer la mise en œuvre du Projet d'appui au programme « Kandadji » de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la Vallée du Niger.

La Banque africaine de développement (BAD) a signé cette semaine un accord de financement avec le gouvernement du Niger. L'acte porte sur une enveloppe de 128,8 millions de dollars. Dans un communiqué annonçant la signature de l'accord, l'institution financière a indiqué que les fonds sont destinés à la réalisation du Projet d'appui au programme « Kandadji » de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la Vallée du Niger (PA-KRESMIN) qui est étalé sur une période de six allant de 2019 à 2025.

Il s'agit d'un projet qui passe par la réalisation d'un barrage à buts multiples qui devrait créer un véritable pôle de développement dans la région de Tillabéry, une des plus vulnérables du Niger, où vivent trois millions de personnes, note-t-on dans le communiqué.

Prêt et don de la BAD

Le financement faisant l'objet de cet accord est composé d'un prêt de 65,1 millions de dollars, d'un don de 49,7 millions de dollars du Fonds africain de développement (FAD) ainsi que d'un prêt de 14 millions de dollars de la Facilité d'appui à la transition (FAT). A la BAD, chef de file de la dizaine de partenaires impliqués dans ce programme, on s'est montré très satisfait. « C'est un rêve vieux de 100 ans qui voit enfin le jour et nous sommes heureux d'y avoir contribué. Nous sommes à vos côtés et nous le resterons », a réagi Marie-Laure Akin-Olugbade, directrice générale pour l'Afrique de l'ouest de la Banque panafricaine.

Son enthousiasme est partagé par Niamey. « Nous voudrions saluer l'engagement fort de la Banque pour ce projet très important aux yeux des populations nigériennes. La signature de cet accord est un pas de plus vers sa réalisation, mais aussi vers la restauration de l'écosystème du fleuve Niger et l'aménagement de milliers d'hectares irrigués au bénéfice des Nigériens. Pas seulement ceux de la région de Tillabéry, mais de l'ensemble du pays », a souligné la ministre du Plan Aïchatou Kane Boulama qui était accompagnée pour l'occasion du ministre délégué auprès du ministre des Finances, chargé du Budget, Ahmat Jidoud.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :