Changement climatique : l'UE et la BAD sortent le chéquier pour soutenir le Niger

 |   |  251  mots
A terme, un programme intégré initié par le gouvernement devrait améliorer la résilience des écosystèmes du fleuve Niger et des populations par une gestion durable des ressources naturelles.
A terme, un programme intégré initié par le gouvernement devrait améliorer la résilience des écosystèmes du fleuve Niger et des populations par une gestion durable des ressources naturelles. (Crédits : DR.)
L'Union européenne et la Banque africaine de développement ont décidé vendredi d'allouer une enveloppe de 7,5 milliards de francs CFA au financement du Programme intégré d'adaptation au changement climatique dans le bassin du Niger.

L'Union européenne (UE) et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé vendredi à Niamey un accord de financement avec le Niger. Portant sur un montant de 7,5 milliards de francs CFA (environ 12,9 millions de dollars), les fonds devraient financer le Programme intégré d'adaptation au changement climatique dans le bassin du Niger (PIDACC).

Selon la ministre nigérienne du Plan, Kané Aichatou Boulama, qui a représenté son pays à la cérémonie de signature aux côtés de la représentante de l'UE au Niger, Denisa Elena Ionete, et le représentant de la BAD, Kane Dia Nouridine, cette subvention permettra d'aider à lutter contre la dégradation des ressources naturelles dues en partie à des décennies de saison sèche et donc à la lutte contre les effets du changement climatique.

Améliorer la résilience des écosystèmes

L'objectif du PIDACC, a souligné la ministre, «est de contribuer essentiellement à l'amélioration de la résilience des écosystèmes du fleuve Niger et des populations par une gestion durable des ressources naturelles».

Lire aussi : Gabon : le président veut un gouvernement «restreint et plus intègre»

Les fonds alloués serviront ainsi à entreprendre des actions de lutte contre l'érosion, à réduire le processus d'ensablement du fleuve Niger et à améliorer la résilience des systèmes de production et des populations. La subvention servir également à développer des infrastructures à buts multiples, des mesures d'accompagnement et de protection sociale, ainsi qu'à renforcer les capacités d'adaptation des communautés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :