Entreprendre au féminin : comment les femmes s’installent progressivement sur le devant de la scène Tech au Maghreb

Dans la Tech méditerranéenne, les femmes occupent une place de plus en plus croissante comme l'attestent les chiffres du programme d'accélération des startups à impact Emerging Mediterranean.
(Crédits : DR.)

L'actualité nous apprend chaque jour un peu plus à quel point la Méditerranée est une région qui vit au présent tous les défis planétaires de demain : sécheresses, déserts médicaux, inondations, explosion démographique, contraintes urbaines, de mobilité, efficacité énergétique... Face à ces enjeux, l'innovation technologique se profile comme la pierre angulaire de la transformation des sociétés, de leur fonctionnement et de leurs usages. L'innovation, c'est précisément le domaine dans lequel, selon le Global Entrepreneurship Monitor 2020/2021, un grand nombre de femmes entrepreneurs de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord enregistre un haut taux d'activité, dépassant parfois en proportion leurs homologues masculins.

Les femmes méditerranéennes, maillon manquant des solutions envisagées ?

Car dans la Tech méditerranéenne, les femmes occupent une place de plus en plus croissante comme l'attestent les chiffres du programme d'accélération des startups à impact Emerging Mediterranean. Cette année, la participation des femmes maghrébines à Emerging Mediterranean a enregistré un record avec 221 candidatures reçues. Pour rappel, elles étaient 75 en 2020 et 95 en 2021.

Cependant, l'entrepreneuriat féminin reste inférieur à l'entrepreneuriat masculinn. Mais si l'on en croit les chiffres, les voyants semblent être au vert pour les femmes entrepreneurs africaines. Selon l'étude de Roland Berger de 2016, New deal, new game for Women in Africa, l'Afrique est devenue en quelques années le premier continent de l'entrepreneuriat féminin : 27 % des femmes y créent une entreprise, un taux bien supérieur à la moyenne internationale de 6,2 % de femmes entrepreneurs. Mais ce n'est pourtant pas encore suffisant, et la course d'obstacles ne cesse de s'étirer. Ces chiffres, bien qu'encourageants, cachent une réalité bien plus complexe.

Au Maroc, par exemple, seules un peu plus de 12% des femmes entreprennent alors qu'elles sont 34% à désirer créer leur entreprise selon le Global Entrepreneurship Monitor 2021-2022, soit deux fois plus qu'en France. En Algérie, les femmes entrepreneures étaient estimées à 150 000 en 2018. Certaines limites restent encore, en effet, à franchir pour que les femmes puissent enfin occuper pleinement la place centrale qu'elles méritent.

Les pépites maghrébines à impact portées par des femmes

De la e-santé aux dernières technologies éducatives en passant par l'agriculture, l'éducation ou l'émergence des Enabling Technologies capables, par exemple, de sortir de la précarité les travailleurs et travailleuses informels, les femmes méditerranéennes entreprennent chaque jour pour impacter positivement leur société.

En matière d'e-santé, citons Akhili (Lauréate Emerging Mediterranean 2022 pour la catégorie Tunisie) qui, portée par Lamia Chouk, développe une application mobile et web spécialisée dans les consultations et soins psychologiques. Leur application permet de réserver et de suivre sa séance en ligne. Elle garantit l'anonymat des patients. Ou encore, AI Diagnosis Vision (lauréate Emerging Mediterranean 2021 pour la catégorie Tunisie), portée par Saoussen Ayari, est une plateforme web utilisant l'intelligence artificielle pour analyser les radiographies des dentistes, leur fournir un diagnostic précis et un plan de traitement.

En matière de climat et villes durables, Green Algeria (Lauréate Emerging Mediterranean 2022 dans la catégorie Entrepreneuriat Féminin), est une startup portée par Kheira Benaissa qui propose une installation pour particuliers qui transforme leurs déchets organiques en gaz combustible, participant ainsi à la souveraineté énergétique de son pays. DAADOO VDP (lauréate Emerging Mediterranean 2020 pour la catégorie Mauritanie), créée par Aminetou SY, allie impact environnemental grâce à la solution qu'elle apporte contre l'enfouissement des déchets plastiques, impact social en travaillant avec un groupement de plus de 1 500 femmes et impact économique en créant de l'emploi.

En matière d'éducation, finaliste Emerging Mediterranean 2021 pour la catégorie Tunisie, Envast est une plateforme offrant un enseignement accessible et de qualité pour les écoles élémentaires tunisiennes, grâce à des contenus gamifiés intelligents adaptés aux besoins spécifiques des élèves. Elle a été créée par Sabrine Ibrahim.

En matière d'agro-alimentaire, Kyto-Prod (Lauréate Emerging Mediterranean 2020 pour la catégorie Algérie), créée par Olfa KILANI, propose une large gamme de produits et de superaliments à base de Chitosan, une molécule naturelle ayant de multiples usages dans l'industrie de la cosmétique, du textile, de l'agro-alimentaire et du paramédical.

En matière d'enabling technologies, Wadefa, créée par Amira Khalifa Hussaien, est une application libyenne qui met en relation des demandeurs d'emplois et des recruteurs. Shédio (Lauréate Emerging Mediterranean 2021 pour la catégorie Algérie), lancée par Feriel Tounsi, propose un service de tourisme digital qui allie conception 3D, visite virtuelle, réalité virtuelle et augmentée dans le but de démocratiser l'accès au patrimoine.

La liste de ces pépites est longue. Valoriser toutes ces réussites est indispensable pour créer un effet vertueux et que celui-ci se diffuse auprès d'autres femmes ayant des projets entrepreneuriaux et la volonté de développer une activité à impact positif.

Car partout au Maghreb, la principale limite à l'entrepreneuriat féminin repose sur les barrières que les femmes se mettent elles-mêmes. Pour combattre cet auto-sabotage, il convient de tout faire pour leur donner à la fois confiance et des moyens pour réussir.

L'empowerment au féminin : valoriser la Femme Entrepreneuse et inspirer les femmes

Que ce soit au Maghreb, ou dans n'importe quel pays du monde, c'est le sentiment d'illégitimité et le manque de confiance en elles qui font que les femmes osent moins se lancer dans l'entrepreneuriat, la recherche de financement, etc.

D'où la nécessité, pour les Etats, les incubateurs, les bailleurs, etc. de capitaliser sur des rôles-modèles de belles réussites au féminin. La culture de transmission au Maghreb entre les femmes en Méditerranée existe depuis toujours. Il convient d'aller plus loin au travers d'articles "portrait", de partage sur les réseaux sociaux, de podcasts, etc. Par exemple, en juillet 2021, le magazine tunisien Entreprises Magazine listait le top 100 des femmes entrepreneures maghrébines. Ce type d'articles presse peut clairement inspirer les lectrices.

La puissance du réseau est également à ne pas négliger. Bien que les femmes soient moins friandes du networking, celui-ci n'en demeure pas moins un levier. D'où l'apparition de réseaux dédiées aux femmes : la Fondation des femmes de l'Euro-Méditerranée, l'Association des femmes chefs d'entreprises au Maroc ou encore Women in Business et l'ESPOD, The Next Women en Tunisie ou pour la Mauritanie : le Conseil mauritanien des femmes d'affaires et l'Union mauritanienne des femmes entrepreneurs.

Ce networking en ligne ou physique va permettre aux femmes de partager leurs expériences, partager leurs échecs, leurs réussites, se soutenir, favoriser des mises en relation, etc. C'est notamment, par exemple, ce que Marwa Moula recherche avec ILEY COM. Son incubateur, initialement généraliste, s'est finalement principalement structuré autour de l'entrepreneuriat féminin, notamment en Tunisie du Sud. Elle expliquait lors du dernier Sommet Emerging Valley : " Nos incubés sont essentiellement des femmes artisanes qui ont des familles, des enfants. Elles participent le soir à nos formations en ligne, partagent leurs idées, osent prendre la parole. Elles s'entraident entre elles. Alors que notre incubateur s'adressait à tous, je me retrouve aujourd'hui entourée par ces femmes créatives et fortes. Cela est très motivant ".

Structurer et financer l'entrepreneuriat féminin

Les gouvernements et investisseurs ont un rôle à jouer sur le développement de l'entrepreneuriat féminin : légalement, en proposant un cadre favorable au travers d'aides à la création, d'exonération d'impôts, de création d'incubateurs dédiées aux femmes, etc., en favorisant l'accès aux capitaux, en communiquant davantage sur les programmes d'accompagnement dédiés. Sensibiliser les décideurs Europe-Méditerranée-Afrique pour supprimer les barrières juridiques à l'accès aux femmes à l'entrepreneuriat : c'est la raison principale pour laquelle la thématique de l'entrepreneuriat féminin en Méditerranée sera ainsi, à nouveau, au cœur de la 6e édition du sommet international Emerging Valley, qui se tiendra le 29 novembre prochain au Palais du Pharo, à Marseille. Au travers de différents temps forts, dont une session intitulée : « Elles dirigent ! Panorama de l'entrepreneuriat au féminin en Tunisie » portée par le programme FAST et le groupe Expertise France.

(*) Fondateur d'Emerging Mediterranean, Emerging Valley et auteur de Startup Lions.

E-GOV : Quelles stratégies pour des services publiques performants ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.