Le FMI débloque une nouvelle tranche de son fonds d'aide à la Centrafrique

 |   |  429  mots
Le Fonds monétaire international estime que malgré les conditions d'instabilité que vit la Centrafrique, l'application de ses recommandations par le pays reste «satisfaisante».
Le Fonds monétaire international estime que malgré les conditions d'instabilité que vit la Centrafrique, l'application de ses recommandations par le pays reste «satisfaisante». (Crédits : Reuters)
Le Fonds monétaire international a approuvé le déblocage de 16,3 millions de dollars au profit de la Centrafrique. Bien que le pays soit divisé par la guerre civile, l'institution internationale estime que l'activation de ses programmes d'aide permettrait à la Centrafrique de se libérer rapidement des arriérés et de soutenir «la croissance et la cohésion sociale».

La Centrafrique va bénéficier d'un soutien financier du Fonds monétaire international (FMI) de l'ordre de 16,3 millions de dollars. Il s'agit de la deuxième tranche d'un prêt conclu dans le cadre du programme d'aide de l'institution au pays au titre de la Facilité de crédit négociée (FCN). Approuvé en juillet 2016, ce programme fait partie des mesures prises par la communauté internationale pour la reconstruction de la RCA.

Ainsi, le nouvel appui financier portera le total perçu jusqu'alors à 51,2 millions de dollars. Cette décision du conseil d'administration de l'institution de Bretton Woods est motivée par sa satisfaction des progrès réalisés par Bangui. D'après le communiqué rendu public par le FMI à cette occasion, celui-ci trouve que malgré «les conditions de sécurité difficiles qui prévalent dans le pays», la mise en œuvre du programme économique conclu avec le FMI est «satisfaisante».

Pour le directeur général adjoint du FMI, Mitsuhiro Furusawa, de la même manière que les initiatives pour consolider la paix, le dialogue et la réconciliation sont «importantes», «la mise en pratique du programme économique est essentielle afin de créer une marge budgétaire pour soutenir le développement, l'environnement des affaires et doper une croissance mieux partagée».

«Les autorités devraient s'appuyer sur les progrès réalisés pour améliorer la gestion financière publique, la transparence du budget et remédier au manque de recettes... L'application rapide du programme d'investissements prévu dans le plan de paix va dynamiser les perspectives économiques», a ajouté Mitsuhiro Furusawa.

Toujours d'après le FMI, face au «haut risque» de voir le pays étouffé par la dette, il primordial d'adopter le mode de financement par des «dons et de limiter les emprunts».

Augmentation du programme d'aide

Parallèlement  à l'octroi de cette seconde tranche d'aide au titre de la FCN, le conseil d'administration du FMI a également pris la décision de renforcer le programme d'aide en faveur de la Centrafrique. Initialement doté d'une enveloppe de 116,5 millions de dollars, celui-ci passe à 132 millions de dollars. Cette décision, d'après le communiqué du FMI, est sous-tendue par la volonté de l'institution d'aider le gouvernement centrafricain à se libérer rapidement des arriérés et à soutenir «la croissance et la cohésion sociale».

La République de centrafricaine est classée au rang des pays les plus pauvres au monde. Depuis 2013, les 4,5 millions de Centrafricains et l'économie sont otages d'une guerre civile qui empêche à ce jour toute initiative de développement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :