Centrafrique  : le FMI table sur une croissance économique de 4,7%  en 2017

 |   |  466  mots
(Crédits : DR)
Une délégation du Fonds monétaire international en fin de mission ce jeudi à Bangui a annoncé une prévision haussière à la croissance économique de la Centrafrique. Établie à 4,5% l'année dernière, elle devrait être enregistrée cette année à 4,7%. Cette situation est imputée à la reprise du dialogue entre les protagonistes de la crise dans le pays.

Nouvelle rassurante pour les autorités centrafricaines. En fin de séjour dans la capitale de la Centrafrique, une mission du Fonds monétaire international (FMI) a annoncé une progression de la croissance économique du pays. D'après l'institution de Bretton Wood, la Centrafrique va enregistrer cette année une croissance du PIB de 4,7% ; ce qui représente une augmentation de 0,2 point par rapport au taux de l'année 2016. A en croire l'équipe du FMI à Bangui, cette croissance est confortée par la reprise du dialogue entre le gouvernement et les factions armées. L'institution estime que cette situation devra contribuer à réduire la violence dans la zone et ainsi permettre une reprise normale des activités économiques.

En effet, la Centrafrique est sujette depuis quelques années à des violences inouïes, découlant de conflits inter religieux et inter communautaires dont les protagonistes sont essentiellement les rebelles de la Seleka majoritairement musulmans et la milice anti-Balaka, dont la plupart sont des chrétiens. Cette situation de crise a handicapé le pays qui a connu des périodes économiquement difficiles. Même si on a noté une reprise de l'économie au début de l'année 2014 (1% de croissance économique), au cours du mois de septembre de l'année 2015, il y a eu une sévère reprise des violences inter communautaires. A cause de cette nouvelle dégradation de la situation sécuritaire, le taux de croissance du PIB réel s'est limité à environ 4,1% en 2015, contre une prévision annoncée par le FMI de 5.5%. Quand au secteur extérieur, il a continué à souffrir de la suspension du pays du processus de Kimberley qui empêche le pays d'exporter du diamant.

Le FMI voit une lueur d'espoir

Dans son communiqué de fin de mission rendu public, la délégation du FMI, outre l'annonce d'une progression de la croissance économique a fait état d'un progrès économique dans le cadre de la facilité de crédit élargie (FEC). Le document note que ce processus est ''sur la bonne voie'' et que l'Etat centrafricain s'est engagé à maximiser les programmes sociaux en faveur des couches vulnérables et aussi les investissements publics. Les appuis des partenaires techniques et financiers (PTF) ont permis grâce à l'effort des dirigeants, d'avoir ''une gestion des finances publiques qui s'est améliorée,... avec un retour à la procédure normale d'exécution de la dépense publique et une amélioration de la transparence dans la gestion des ressources publiques'', peut-on lire dans Perspectives économiques en Afrique 2016.

Notons que la Centrafrique vient de bénéficier d'un prêt de 116 millions de dollars au titre de la FEC. C'est la toute première fois que le pays jouit de ce genre de programme de la part du Conseil d'administration du FMI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :