Centrafrique : promesse d’une perfusion financière de 2,2 milliards de dollars

 |   |  585  mots
Pour le Président Touadéra la conférence de Bruxelles a tenu toutes ses promesses.
Pour le Président Touadéra la conférence de Bruxelles a tenu toutes ses promesses. (Crédits : DR)
L'objectif de la levée de fonds sur trois ans a été largement dépassé lors de la conférence des donateurs. Mais il sera insuffisant pour le plan de redressement du pays sur cinq ans. Les attentes des Centrafricains seront-elles prises en compte avec cette enveloppe conséquente de billets verts ?

L'« Archange » Faustin est-il celui qui aura la divine providence d'amorcer la relance de son pays ?  Lorsqu'il se rendait hier jeudi 17 novembre à la conférence des donateurs à Bruxelles, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra tablait sur une mise de 3,1 milliards de dollars d'aides sur cinq ans. Mais lorsqu'il sort de cette réunion des bailleurs de fonds dans la capitale de l'Union européenne, le chef de l'Etat centrafricain estime que "la conférence a tenu toute sa promesse".

Une enveloppe pour financer les priorités de l'heure...

C'est en effet de promesses qu'il s'agit. Les donateurs promettent à la Centrafrique, sans encore signer les carnets de chèques, une enveloppe de 2,2 milliards de dollars pour financer la relance du pays. La barre du 1,6 milliard de dollars en trois ans qu'espérait atteindre le pays a été dépassée de 141%. Parmi les promesses, la Banque mondiale avance une enveloppe de 500 millions de dollars contre 450 millions de dollars pour la commission européenne. Le reste est répartie entre des institutions et des donateurs issus du secteur privé. D'autres institutions, non représentées à la réunion de Bruxelles ou empêchées par leurs procédure interne, devraient annoncer le poids de leur enveloppe dans les semaines à venir.

Toujours est-il que cette enveloppe permettra de lancer des réformes prioritaires pour les trois prochaines années. Le pays doit se relever d'un long épisode de guerre ethno-religieuse. L'amorce de la réconciliation nationale, l'investissement dans une armée forte pour le désarmement des milices rebelles qui occupent une bonne partie de la population et la réforme de la justice devraient se tailler une bonne part de l'enveloppe finale.

« Grâce à vous, notre plan de relèvement va prendre vie et ces objectifs pourront devenir la réalité de la vie centrafricaine de demain. Je tiens donc à saluer cet engagement renouvelé et encore accru des partenaires techniques et financiers à nos côtés. Nous le considérons comme un signal fort de la confiance que vous portez à la fois à nos ambitions, à notre détermination pour les atteindre et à notre approche pour les concrétiser. », remercie Faustin-Archange Touadéra.

... mais insuffisante sur 5 ans

Même si le président centrafricain et la délégation qui l'a accompagné à Bruxelles insistent sur la marque de confiance par cette levée de fonds, l'enveloppe sera insuffisante pour financer le plan de redressement du pays ravagé par des années de guerre civile et une longue période d'instabilité politique. Ce sombre portrait se dessine avec en toile de fonds une reprise de la violence par les milices dans les campagnes, le départ de la force française Sangaris et une Minusca de plus en plus décriée face à l'insécurité grandissante.

 Pour relever le pays de sa comateuse léthargie, le gouvernement Touadéra a présenté un vaste plan quinquennal pour relancer l'économie. Les prévisions de croissance du pays en 2016 sont passées de 5,2% en 2016 à 4,5%, selon les chiffres du FMI qui a soumis le pays a un test de solidité économique. Les projections pour 2017 ne sont guère optimistes avec 5 % de croissance pour 2017, loin des 5,5% espérés, selon l'institution monétaire internationale.

Mais pour l'heure, l'urgence est à rétablir les services de première nécessité tels que l'approvisionnement en eau et en électricité ainsi l'accès aux denrées de premières nécessités. Plus que les perfusions financières, les Centrafricains attendent le retour de la paix !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :