« Smart Tunisia » signe un nouvel accord pour la création de 1 000 emplois

 |   |  361  mots
Manifestation contre le chômage, le 25 janvier 2011 à Tunis.
Manifestation contre le chômage, le 25 janvier 2011 à Tunis. (Crédits : DR.)
Les porteurs de «Smart Tunisia», un programme conçu dans le cadre d’un partenariat public-privé et destiné aux entreprises du secteur de l’offshoring, signent ce vendredi 16 juin à Paris, une convention de partenariat avec la société tuniso-française Talan. Celle-ci s’engage à créer 1 000 nouveaux postes d’emploi durant les trois prochaines années.en Tunisie.

En Tunisie, le secteur privé est aussi impliqué que le public pour freiner la montée inquiétante du taux de chômage. C'est ce que l'on peut déduire de la convention de partenariat signée ce vendredi 16 juin entre les initiateurs du programme «Smart Tunisia» et Talan, une structure tuniso-française spécialisée dans l'accompagnement des entreprises. A travers cet accord, les deux entités s'engagent à créer pas moins de 1 000 postes d'emploi durant les trois prochaines années.

Ce n'est pourtant pas le premier accord du genre que signe «Smart Tunisia». Depuis sa création en 2015, le programme multiplie les partenariats avec les opérateurs nationaux et internationaux pour stimuler la création de postes de travail. D'ailleurs, l'objectif derrière sa création était de fournir, sur cinq ans, 50 000 emplois dans les domaines de l'offshoring, du nearshoring et de la colocalisation. Un challenge pour les décideurs tunisiens depuis que la réduction du taux de chômage est devenue la première cause nationale en Tunisie. Touché par la crise économique, le taux de chômage des diplômés du supérieur est passé de 15% en 2005 à 31% au cours des cinq dernières années. Pour l'ensemble de la population active, il atteint les 15,3 % au premier trimestre 2017.

 Startup à la rencontre des investisseurs

L'accord avec Talan a été signé en marge du 2e Salon international de la technologie numérique Viva Tech, qui se tient du 15 au 17 juin 2017 à Paris. Pas moins de 50 start-up exerçant dans le domaine des technologies de l'information et de la communication seront présentes dans le cadre du programme «Smart Tunisia». Ce salon s'attend à accueillir environ 50 000 participants, 1 000 investisseurs de différents pays du monde, et 5000 start-up. D'ailleurs, la délégation tunisienne ne sera pas la seule à assister à l'événement. Africangels, le réseau africain des business angels, sera également présent au salon, en organisant un challenge au cours duquel 10 startup, préalablement sélectionnées prendront part à une session de pitchs face à un jury d'experts et d'investisseurs. A travers cette compétition, Aricangels propose d'accélérer le développement des entreprises ayant un impact positif en Afrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :