Faire de la jeunesse un levier de la croissance du continent africain

Avec plus de 400 millions d'individus âgés de 15 à 35 ans, l'Afrique est le continent comprenant la population la plus jeune au monde. Dynamique, elle offre de nombreuses opportunités d'innovations et ce faisant, participe, voire contribue à l'accélération du développement socio-économique du continent. Investir dans la jeunesse se révèle donc être un prérequis essentiel pour les gouvernements afin de combler l'écart entre l'offre et la demande d'emplois d'une part, mais également afin de soutenir la productivité économique, ainsi que la transformation sociale et industrielle en cours dans les pays africains. Dans ce paysage, la digitalisation des compétences de ces jeunes arrivants sur le marché du travail se révèlera primordiale.
(Crédits : Huawei)

A l'horizon 2050, les projections tablent sur le fait que plus de la moitié de la population du continent aura moins de 25 ans, soit plus de 800 millions de jeunes. Or, l'explosion croissante de la démographie en Afrique s'accompagne certes de défis à relever, mais également d'opportunités à saisir. Alors que l'on estime à 30 millions le nombre de jeunes qui arriveront chaque année sur le marché du travail en Afrique d'ici 2030, la tension sur le nombre d'emplois vacants s'en fera d'autant plus ressentir. Selon la Banque africaine de développement (BAD), le chômage sur le continent est deux fois plus élevé chez les jeunes que chez les adultes. A titre d'exemple, en Tunisie, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans s'élevait à 37,2% au deuxième trimestre 2022.

Ce constat fait, - qui ne se cantonne pas uniquement à la Tunisie -, il apparaît donc urgent de réduire l'écart entre l'offre et la demande et ainsi de dynamiser le marché du travail, tout en renforçant l'employabilité des nouvelles générations. Cela passe nécessairement par l'orientation des jeunes talents vers des filières de formation adaptées aux nouveaux besoins du marché du travail. Le numérique apparaît alors ici comme l'une des solutions permettant de répondre aux enjeux induits par cette démographie croissante couplés à l'essor de l'économie numérique. Conscient des mutations qui s'opèrent sur le marché du travail, Huawei s'est engagé depuis plus de vingt ans à former cette jeunesse toujours plus dynamique et créative aux nouvelles technologies que sont par exemple l'intelligence artificielle, l'Internet des Objets ou encore le cloud. De plus en plus incontournables, celles-ci seront de plus belle au cœur de la transformation des économies, et de facto, du marché de l'emploi.

Une jeunesse porteuse de changements en Afrique

La jeunesse africaine est un véritable moteur de de croissance socio-économique. Fortement connectée, - 495 millions de personnes étaient abonnées à des services mobiles en Afrique subsaharienne en 2020 et plus de 120 millions de nouveaux abonnés sont attendus d'ici 2025 -, elle est consciente des opportunités que revêt la digitalisation des économies. Créative, elle est également au cœur de la révolution entrepreneuriale qui anime le continent. L'Afrique n'a-t-elle pas connu une croissance extrêmement rapide de certaines de ses start-ups en 2022 ?

En Libye par exemple, la jeunesse a démontré son enthousiasme à s'approprier les nouvelles technologies afin de répondre aux besoins croissants du marché national. Cependant, afin que cet élan puisse pleinement se concrétiser et s'affirmer, il doit être accompagné et encouragé. Il est donc du rôle des secteurs publics et privés de s'associer afin de soutenir cette jeunesse engagée qui veut et doit être maître de son avenir.

Une jeunesse instruite et bien formée, condition sine qua none à la croissance de l'Afrique

L'insertion des jeunes dans la vie socio-économique est l'une des priorités inscrites au cœur des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. L'ODD n°4 fait notamment de l'accès de tous à une éducation de qualité un prérequis.

C'est dans cette optique que Huawei et le ministère libyen de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont signé à la fin de l'année 2021 un accord de coopération, s'étant traduit par le lancement de la Huawei ICT Academy, apportant ainsi aux étudiants des connaissances et des compétences dans le secteur des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC). Plus récemment, Huawei a organisé à Tunis du 17 au 19 juin 2022 la Seeds for the Future Alumni Reunion, événement régional auquel ont notamment pris part le Ministre tunisien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et le Vice-ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche de Libye. Cet événement vient ainsi souligner la volonté qui est la nôtre de renforcer les capacités et les compétences numériques des étudiants, afin de soutenir le développement social, technologique et industriel des économies africaines.

Le programme « Seeds for the Future » déployé par Huawei s'inscrit dans une dynamique plus large, comprenant d'autres projets de formation et d'éducation, - parmi lesquels la ICT Academy et la ICT Competition -, dont l'objectif consiste également à renforcer l'employabilité des jeunes, en les formant aux technologies numériques disruptives.

La coopération fructueuse entre Huawei Northern Africa et des universités en Libye ou en Tunisie, à titre d'exemple, est ainsi synonyme d'opportunités pour les jeunes talents. Nous sommes en effet convaincus que la croissance d'un pays ne se mesure pas uniquement à son adaptation -plus ou moins rapide - aux transformations numériques, mais repose également sur la nécessité de disposer d'un capital humain hautement qualifié dans le secteur des TIC.

S'il est en effet admis que les infrastructures jouent un rôle essentiel pour soutenir la transformation numérique, les pays africains ne pourront nourrir leurs ambitions de transformation économique sans une jeunesse instruite et formée aux métiers du numérique. Investir dans la jeunesse africaine d'aujourd'hui et de demain apparaît donc crucial pour l'avenir économique et social du continent. Acteurs publics comme privés, nous avons tous notre rôle à jouer afin de faire de l'Afrique l'eldorado économique, technologique et numérique de demain. Pour y parvenir, l'accompagnement et l'engagement envers une jeunesse dynamique et créative, le déploiement de partenariats fructueux et l'adoption de politiques adéquates permettant de favoriser l'intégration des populations sur le marché du travail, permettront aux pays africains de bénéficier des perspectives de développement offertes par les nouvelles technologies.

(*) Vice-président exécutif de Huawei Northern Africa

E-GOV : Quelles stratégies pour des services publiques performants ?

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.