CEDEAO : la Tunisie continue son opération séduction

 |   |  535  mots
(Crédits : DR)
Avec l’accord de principe qu’elle a reçu pour devenir membre observateur de la CEDEAO, la Tunisie n’entend point en rester là et poursuit son lobbying pour un renforcement de la coopération économique. C’est la principale raison du dernier déplacement du chef de la diplomatie tunisienne à Abuja. Khemaies Jhinaoui a échangé avec le nouveau président de la Commission, Jean-Claude Brou, des voies et moyens de promouvoir les échanges et les investissements entre la Tunisie et la CEDEAO.

La Tunisie tient à la CEDEAO et au-delà de son nouveau statut de membre observateur, veut surtout renforcer davantage ses échanges commerciaux et en matière d'investissements. C'est le sens de la visite que vient d'effectuer le chef de la diplomatie tunisienne à Abuja au siège de l'institution où Khemaies Jhinaoui s'est entretenu avec le nouveau président de la Commission, l'Ivoirien Jean-Claude Kassi Brou.

La visite a un caractère hautement symbolique puisqu'il s'agit de la première personnalité à être officiellement reçue par le nouveau président qui a pris ses fonctions ce 1er mars. L'occasion d'ailleurs pour le ministre tunisien de réitérer l'ambition de son pays d'intensifier sa coopération économique et commerciale avec l'organisation, avec un accent particulier sur la promotion des échanges et des investissements. «La Tunisie est ouverte pour une coopération fructueuse, un partenariat gagnant-gagnant avec la CEDEAO», a déclaré le chef de la diplomatie tunisienne au sortir de son entretien. Au-delà du renforcement de la coopération entre les deux parties, les deux personnalités ont échangé sur les engagements convenus lors de la visite effectuée du 19 au 22 novembre 2017 à Tunis par l'ancien président de la Commission de la CEDEAO, Marcel de Souza.

Lire aussi : Et si l'avenir de la Tunisie se trouvait en Afrique ?

Au cours de cette visite, en effet, un mémorandum d'entente, signé entre la Tunisie et la CEDEAO, consacre la mise en place d'un cadre de coopération et d'une plateforme de dialogue entre les deux parties et vise la promotion des échanges dans les domaines économique, commercial, agricole, scientifique, technique et éducatif.

Coopération Sud-Sud

Selon le ministre tunisien des Affaires étrangères, son pays et la CEDEAO doivent créer le cadre adéquat pour encourager les échanges commerciaux, et identifier les secteurs ainsi que les produits que les deux parties devront développer. «La Tunisie doit jouer un rôle de premier plan dans le développement en Afrique car pour elle, l'avenir de l'Afrique se trouve en Afrique et les relations entre la Tunisie et la Cedeao constituent des relations Sud-Sud, d'égal à égal», a estimé Khemaies Jhinaoui.

Dans un communiqué, la CEDEAO a annoncé que le chef de la diplomatie tunisienne a invité le président de la Commission de la CEDEAO à se rendre prochainement à Tunis, afin de mieux concrétiser ces relations. L'invitation a été acceptée par Jean-Claude Kassi Brou qui a aussi saisi l'occasion pour réaffirmer la nécessité pour la Tunisie et la CEDEA de renforcer leurs relations de coopération ainsi que les opportunités d'affaires. «Nous devrons soutenir et encourager la mise en place d'un cadre de coopération adéquat entre les opérateurs privés de la Tunisie et de la CEDEAO, car c'est au secteur privé de créer le partenariat gagnant-gagnant » a déclaré le président de la Commission.

Depuis quelques années et face à la conjoncture difficile que traverse le pays, la Tunisie chercher à trouver des débouchés au sud du Continent. Après avoir sollicité et obtenu le statut de membre observateur de la CEDEAO, la Tunisie a également intégré depuis quelques mois le marché de la COMESA.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :