Mohammed VI  : « Notre retour à l'UA n'est pas tactique »

Avec comme arrière plan, une carte de l'Afrique sans frontières, le Roi du Maroc qui bouclait par l'étape sénégalaise une tournée africaine l'ayant conduit au Rwanda, en Tanzanie et au Gabon, a axé son intervention sur le retour du Maroc au sein de l'UA, ainsi que les perspectives en matière de renforcement de coopération avec ses homologues continentaux.
Mohammed VI, le roi du Maroc, a prononcé son dernier discours à la nation depuis Dakar, la capitale sénégalaise
Mohammed VI, le roi du Maroc, a prononcé son dernier discours à la nation depuis Dakar, la capitale sénégalaise (Crédits : MAP)

C'est une première dans l'histoire du Maroc mais aussi un acte symbolique pour le Sénégal. C'est en effet depuis Dakar que Mohammed VI a adressé, dimanche 6 novembre, un message à la nation à l'occasion de la commémoration du 41e anniversaire de la Marche Verte. Un choix que le souverain marocain a justifié par le soutien d'un pays qui « considère la question du Sahara marocain comme étant sa cause nationale propre ». Traditionnellement, le discours royal en cette occasion est consacré à la question du Sahara. La célébration de la marche verte commémore en effet, la récupération par le Maroc des provinces sahariennes qui étaient jusqu'en 1975 sous domination espagnole.

Lire aussi : PDG d'Orange Afrique : « La mise en oeuvre du dégroupage rencontre des difficultés »

Cette année, le souverain marocain a inscrit son discours dans une perspective africaine, dans le sillage de la décision prise par le Royaume de  réintégrer l'institution panafricaine - Union Africaine (UA), ex-Organisation de l'Union Africaine (OUA).

 Aboutissement d'une réflexion approfondie

Une organisation que le Maroc a quitté en 1984 en raison, justement, de l'admission au sein de l'OUA de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd) qui revendiquait ce territoire situé à la frontière avec l'Algérie et la Mauritanie. Flanqué d'une carte de l'Afrique sans frontières en arrière-plan, le Roi du Maroc qui bouclait par l'étape sénégalaise une tournée africaine l'ayant conduit au Rwanda, en Tanzanie et au Gabon, a donc axé son intervention sur le retour du Maroc au sein de l'UA, ainsi que les perspectives en matière de renforcement de coopération avec ses homologues continentaux.

Pour le souverain marocain, « la réintégration par le Maroc de l'Union africaine n'est pas une décision tactique, pas plus qu'elle n'a obéi à des calculs conjoncturels. Elle est plutôt l'aboutissement logique d'une réflexion approfondie (...) En tout état de cause, le Maroc est de retour pour retrouver sa place naturelle. Il dispose d'une majorité écrasante pour occuper son siège au sein de la famille institutionnelle africaine ».

Le message du souverain marocain s'adresse particulièrement à certains pays qui ne voient pas d'un bon œil le retour du Royaume au sein de l'organisation en dépit du fait que les textes statutaires de l'UA lui ouvrent largement les portes en tant que pays africain. Le Maroc qui a officiellement remis sa demande d'admission en septembre dernier à la présidente de la Commission de l'UA, la sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, s'est récemment étonné du fait qu'elle n'a pas encore été transmise aux autres pays membres conformément aux textes de l'institution. Le souverain marocain s'est dans ce sens remis au Président en exercice de l'institution, le tchadien Idriss Déby Itno, avec qui Mohammed VI a eu, il y a quelques jours, un entretien téléphonique.

Un discours Offensif

C'est ce qui explique d'ailleurs le ton très offensif que le monarque marocain a adopté lors de son allocution. « Le Maroc n'a besoin de la permission de personne pour obtenir notre droit légitime », a argué Mohammed VI pour qui le retour du Royaume au sein de l'organisation continentale va permettre de consolider et de renforcer davantage la  politique africaine du Maroc ainsi que « l'action solidaire que le Maroc mène sur le terrain avec de nombreux pays du continent pour y assurer la promotion du développement économique et humain, au service du citoyen africain ».

Lire aussi : Politiques publiques : l'Afrique à l'épreuve de ses technocrates

Tirant le bilan de la politique marocaine en Afrique, Mohammed VI a estimé qu'elle a démontré son succès en commençant à porter ses fruits, non seulement pour ce qui concerne les positions politiques au sujet de la question de l'intégrité territoriale du Royaume, mais aussi en ce qui concerne le renforcement de la présence économique du Maroc et le développement de ses relations avec les différents pays du continent. Le souverain marocain a signifié qu'aujourd'hui, « le Maroc constitue une puissance politique influente et jouit d'estime et de crédibilité non seulement auprès des dirigeants des pays africains, mais aussi aux yeux de leurs peuples ». Sur ces bases, le retour du Maroc au sein de l'UA va lui permettre de s'impliquer davantage dans les stratégies de développement sectorielles en Afrique et d'y contribuer plus efficacement en les enrichissant  notamment de « l'expérience singulière que le Maroc a accumulée dans de nombreux secteurs ».

Mohammed VI en Afrique

L'Afrique en priorité gouvernementale

Mohammed VI a, par ailleurs, sommé les partis marocains en discussion pour la formation du nouveau gouvernement de mettre l'Afrique en priorité de leur stratégie.  A cet égard, le souverain marocain a décliné les grandes orientations de la politique du prochain gouvernement, laquelle devrait être « globale et intégrée vis-à-vis de l'Afrique, et que celle-ci y soit perçue comme un ensemble ». A l'adresse des ministres qui seront prochainement nommés, Mohammed VI leur a enjoint d'accorder à l'Afrique, « le même intérêt qu'ils accordent à leurs missions et à leurs déplacements dans les pays occidentaux ». Le renforcement de la politique africaine du Maroc, qui va prendre une nouvelle dimension avec le retour du Royaume au sein de l'organisation panafricaine, devrait se traduire par une plus grande implication du pays dans la recherche de solutions aux  problématiques majeures du continent. A cet effet, le souverain a fait part de la volonté du Maroc de continuer à contribuer à la consolidation de la sécurité et de la stabilité dans les différentes régions qui vivent des situations de tension et de guerre, et d'œuvrer au règlement des différends par les moyens pacifiques.

Lire aussi : Ouverture de la Cop 22, la conférence des ambitions africaines

De même, ce retour permettra au Maroc, « de renforcer son implication dans les efforts continentaux de lutte contre l'extrémisme et le terrorisme, qui hypothèquent l'avenir de l'Afrique » selon le souverain marocain. A cet égard, Mohammed VI a réitéré son engagement à partager « l'expérience singulière et reconnue mondialement avec nos frères africains, que ce soit dans le domaine de la coopération sécuritaire ou en matière de lutte contre l'extrémisme ». S'agissant de la problématique migratoire, Mohammed VI a indiqué que son pays poursuivra ses efforts afin de remédier aux causes réelles de ce phénomène, « en le reliant au développement et en adoptant une approche humanitaire et solidaire, protégeant les droits des immigrés et préservant leur dignité ». Mohammed VI n'a également pas manqué de rappeler un autre enjeu de l'heure du continent, les changements climatiques alors que s'ouvre à Marrakech la 22e édition de la Conférence sur le climat (COP 22). « Ayant conscience que l'Afrique compte parmi les régions les plus affectées par les changements climatiques, nous avons tenu à ce que la Conférence sur le climat, soit une conférence pour l'Afrique » a déclaré Mohammed VI annonçant par la même occasion, la tenue d'un sommet africain, en marge de cette conférence, « en vue de mettre au point une vision commune pour défendre les revendications de notre continent, notamment en ce qui concerne le financement et le transfert de technologie ». Plusieurs chefs d'Etats africains ont d'ores et déjà confirmé leur présence à ce sommet extraordinaire.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.