Le Maroc annonce une 1ère émission verte de plus de 100 millions d'euros

 |   |  313  mots
Le Maroc vient de valider une émission obligataire, de plus de 100 millions d'euros, 100% verte pour financer de nouvelles centrales photovoltaïques d'une capacité de 170 MW.
Le Maroc vient de valider une émission obligataire, de plus de 100 millions d'euros, 100% verte pour financer de nouvelles centrales photovoltaïques d'une capacité de 170 MW. (Crédits : DR)
Les autorités marocaines viennent de valider une émission obligataire «verte» d’un peu plus de 100 millions d’euros. Une annonce faite en marge du Climate Finance Day, par Mustapha Bakkoury, DG de Masen, bras armé du Maroc en termes d’énergies renouvelables, qui a également annoncé des partenariats futurs avec des pays africains. Cette levée de fonds, certifiée CBI sera allouée à la mise en place de 3 nouvelles stations photovoltaïques dotés d’une capacité globale de 170 MW

A 72 heures du lancement de la COP 22 au Maroc, Mustapha Bakkoury, DG de MASEN (Agence marocaine de l'énergie solaire) vient d'annoncer une émission obligataire «verte» de 1,15 milliard de DH (un peu plus de 100 millions d'euros) garantie par l'Etat marocain. Une première qu'il a annoncé lors du Climate Finance Day, organisé par Casa Finance City (CFC) en prémisse à la COP 22. Cette levée de fonds sera certifiée Climate Bank Initiative (CBI) et servira à la mise en place de 3 centrales photovoltaïques à Boujdour, Laâyoune et à Ouarzazate, d'une capacité globale de 170 MW. Une annonce faite en marge du Climate Finance Day qui se tient actuellement à Casablanca. Bakkoury a également profité de l'occasion pour annoncer des partenariats à venir avec des pays africains. «La finance mondiale est souvent interpellée pour faire preuve de sa légitimité quant à son utilité. Il s'agit constamment de le démontrer. Le Climate Finance Day en plus de la légitimité permet d'apporter un surplus d'âme à la finance», soutient le patron de Masen.

Adaptation financière

Pour Bakkoury, identifier et mettre en œuvre les outils financiers facilitant une implémentation des engagements pris lors de la COP de Paris, permettra à termes «d'inventer de nouveau mécanismes de financements et de canaliser l'épargne en faveur du développement durable». Ce dernier a également rappelé les ambitions de Masen de se positionner comme l'acteur principal des énergies renouvelables au niveau continental. Une ambition qui devrait se traduire par un soutien accru aux projets de centrales solaires (thermodynamiques et photovoltaïques) et aux parcs éoliens. L'opérateur public des énergies renouvelables compte à cet effet reprendre les mécanismes de financement utilisés lors du lancement de la centrale Noor. «Nous nous réjouissons que ces mécanismes existent et deviennent banales, pour que le pipeline de projets qui est déjà important puisse s'étoffer davantage», conclut Bakkoury.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :