Présidentielle au Mali : la cour constitutionnelle confirme la victoire d'IBK

Avec des résultats très légèrement rectifiés, Manassa Danioko, la présidente de la Cour constitutionnelle du Mali, s’est très peu entichée de détails lors de la lecture des résultats définitifs du second tour de la présidentielle. Malgré la contestation de l’opposant Soumaïla Cissé qui a commis l’imprudence de s’autoproclamer «président élu», la plus haute juridiction du pays en a décidé autrement. Ibrahim Boubacar Keïta va tenir pour les cinq prochaines années les rênes du pays, conforté sur le fauteuil de Koulouba.

2 mn

(Crédits : DR)

Ce lundi 20 août, à la veille de la Tabaski, la grande fête musulmane du «Sacrifice d'Abraham», la plus haute juridiction a confirmé la victoire d'Ibrahim Boubacar Keïta.

Avec des résultats très légèrement corrigés, Manassa Danioko, la présidente de la Cour constitutionnelle du Mali, n'a annulé que 518 voix d'IBK et 216 voix de Soumaïla Cissé. Résultat, le verdict des urnes change très peu. Selon les résultats définitifs de la Cour, IBK est conforté sur le fauteuil du Palais de Koulouba avec 67,16% contre 32,84% pour Soumaïla Cissé.

Esprit de la Tabaski

A Bamako, beaucoup en appellent à la dévotion de Soumaïla Cissé pour s'approprier l'esprit de la fête musulmane de Tabaski pour réitérer son geste démocratique après la présidentielle de 2013. Cette année-là, alors que les tendances du second tour le donnaient perdant, l'opposant et son épouse se sont rendus au domicile de son rival à Sébénikoro pour le féliciter de sa victoire, évitant ainsi au Mali, le spectre de violences post électorales. Autre élection, autre stratégie !

Avant même la proclamation des résultats, le représentant de Soumaïla Cissé à la Commission de centralisation des résultats en avait claqué la porte. Une décision qui préparait la contestation par son camp des résultats, dénonçant une fraude massive par bourrage d'urnes. La contestation s'était mue par un recours devant les tribunaux maliens, Soumaïla Cissé continuant de s'autoproclamer «président élu des Maliens». Il semble désormais qu'avec cette confirmation de la victoire, ses recours exprimés aient été écartés dans la foulée.

Pour l'heure, les célébrations dans le camp d'IBK se sont fondues dans les préparatifs de la fête de Tabaski. Ses partisans pourront quand même se rattraper avec la cérémonie d'investiture prévue le 4 septembre 2018. Ils pourront alors célébrer la réélection d'IBK au Palais de Koulouba où il devrait rester en place jusqu'en 2023.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.