Nigeria : Après son « check-up » à Londres, Buhari is back

 |   |  407  mots
(Crédits : Reuters)
Avec un jour d’avance! Muhammadu Buhari est arrivé ce vendredi au soir là où son second séjour médical à Londres était annoncé pour durer quatre jours. Ce vendredi soir, l’avion présidentiel a atterri dans la capitale nigériane pour déposer le patient présidentiel, revenu d’un « check-up » avec son médecin personnel.

« Le président Buhari est de retour à Abuja. Il est arrivé ce soir en provenance de Londres». Chaque fois que l'information concerne la santé présidentielle, c'est l'Aso Rock Villa, la présidence nigériane, qui communique de façon lapidaire et sans détails via son compte Twitter.

Le 8 mai dernier, la même source annonçait un nouveau séjour à Londres du président... pour un simple «check-up» avec son médecin à Londres ! Ce qui avait contribué à alimenter de nouvelles spéculations. Ces dernières se sont nourries de la répétition du scénario du séjour médical de Muhammadu Buhari qui avait déjà passé cinq mois à Londres pour se soigner d'une maladie non encore révélée.

La répétition était telle que sur son chemin de retour de sa visite, le général-président avait fait escale dans la capitale londonienne où il avait rencontré son médecin qui lui avait demandé de revenir. Mais cette fois-ci, le séjour a été plus court pour Buhari, rentré avec un jour d'avance.

Buhari déterminé à rempiler

La santé du président âgé de 75 ans alimente d'autant plus la chronique politique et médiatique que le Nigéria se trouve en pleine année de pré-campagne pour la présidentielle de 2019 à laquelle Muhammadu Buhari devrait porter l'étendard de l'All People Congress (APC). Le président s'était même rendu à Lagos, la capitale économique, une première qui avait valeur de test de popularité.

Dans tous les cas, la santé présidentielle fait toujours l'objet de spéculations dans un Nigéria où le vide constitutionnel qui en découlerait peut être à la source d'une instabilité politique. Le cas Umaru Yar'Adua, décédé au pouvoir en 2010, après que sa maladie rénale a été caché longtemps au public, avait fait frôlé le pire.

Ces mêmes craintes accompagnent la maladie cachée du président et alimentent un faisceau de rumeurs au Nigeria où l'opposition entretient -délibérément ?- la répétition du scénario Yar-Adua pour le cas Buhari pour appeler à sa démission. Envers et contre tous, le président nigérian semble bien décidé à conserver son fauteuil. Avec ce retour express, il envoie peut-être le message : « Buhari is back ! »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :