Emmanuel Macron en Algérie : « la colonisation est un crime contre l’humanité »

 |  | 719 mots
Lecture 5 min.
Les propos ont été tenus en Algérie. Mais le tollé médiatique qui les accompagne a traversé la Méditerranée et déclenché une vive polémique dans l'Hexagone. Dans un entretien sur Echorouk TV (privée) consacré à sa vision de la relation algéro-française, en marge de sa visite en Algérie, Emmanuel Macron, a condamné fermement la colonisation française.

« La colonisation fait partie de l'histoire française. C'est un crime, c'est un crime contre l'humanité, c'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux envers lesquels nous avons commis ces gestes », a lâché le candidat à la présidentielle française en évoquant la présence française en Algérie.

Un positionnement fort que l'ex-ministre français de l'Economie pousse plus loin. « Il y a eu des crimes terribles, il y a eu de la torture, il y a eu de la barbarie parce que la colonisation est un acte de domination et de non-reconnaissance de l'autonomie d'un peuple », a-t-il rappelé. Et Emmanuel Macron de conclure : « et en même temps, je ne veux pas qu'on tombe, tout en reconnaissant ce crime, dans la culture de la culpabilisation sur laquelle on ne construit rien. »

Démagogie pour un candidat en campagne ou révision de sa position sur la question ? Dans l'un ou l'autre des cas, le plus jeune des candidats à l'échéance présidentielle française prévue en avril 2017, semble avoir changé radicalement de ligne de pensée sur les bienfaits supposés de la colonisation.

Précédemment interrogé en novembre 2016 par nos confrères du Point, Emmanuel Macron tenait un tout autre discours sur la colonisation notamment sur la présence française en Algérie. « Oui, en Algérie, il y a eu la torture, mais aussi l'émergence d'un Etat, de richesses, de classes moyennes, c'est la réalité de la colonisation. Il y a eu des éléments de civilisation et des éléments de barbarie ».

Polémique sur un marronnier politique

Toujours est-il que ce glissement dans le positionnement du plus jeune candidat à la présidentielle a provoqué une vive polémique. « Il y a quelques temps, Monsieur Macron trouvait des aspects positifs à la colonisation. Ça veut dire qu'Emmanuel Macron n'a aucune colonne vertébrale. Il dit simplement ce que ceux qui l'écoutent veulent entendre », tacle François Fillon lors d'un meeting à Compiègne.

Sur les réseaux sociaux, la condamnation de la colonisation par Emmanuel Macron a déclenché de vives réactions de la classe politique. Gerald Dramamin, le maire de Tourcoing, a qualifié les propos de Macron de « crachats inacceptables sur la tombe des Français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient »

Jean-Frédéric Poisson du parti chrétien-démocrate pour sa part a indiqué ne pas pouvoir cautionner « une telle insulte à la France disqualifie celui qui voudrait la diriger ».

Steeve Briois le vice-président du front national s'est même permis un parallèle avec Christiane Taubira.

Députée de Guyane à l'époque, elle avait fait adopter en 2001, une loi concernant la reconnaissance comme crime contre l'humanité des traites et des esclavages pratiqués à partir du XVe siècle sur les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes.

Une volée de bois vert à laquelle Emmanuel Macron a fini par répondre par un tweet : « Je ne suis ni dans la culpabilisation ni dans la dramatisation ».

Au-delà des petites phrases politiciennes, il faut signaler que la polémique autour de la condamnation de la colonisation est un marronnier politique dans la plupart des campagnes présidentielles françaises. Le sujet est le symbole d'un passé sombre qui fait tache dans les pages moins glorieuses de l'histoire de France. Un passé qui, à chaque fois, déchaine les passions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2017 à 9:53 :
"Gerald Dramamin, le maire de Tourcoing, a qualifié les propos de Macron de « crachats inacceptables sur la tombe des Français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient "
Comment dire ?
Les Harkis qui avait suivi les colons, continuent à mourir dans les guettos où ils ont été gentiment casés... loin de la vraie France !
...et si on tournait la page ?
a écrit le 17/02/2017 à 9:51 :
"Gerald Dramamin, le maire de Tourcoing, a qualifié les propos de Macron de « crachats inacceptables sur la tombe des Français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient "
Comment dire ?
Les Harkis qui avait suivi les colons, continuent à mourir dans les guettos où ils ont été gentiment casés... loin de la vraie France !
...et si on tournait la page ?
a écrit le 17/02/2017 à 9:47 :
"Gerald Dramamin, le maire de Tourcoing, a qualifié les propos de Macron de « crachats inacceptables sur la tombe des Français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient "
Comment dire ?
Les Harkis qui avait suivi les colons, continuent à mourir dans les guettos où ils ont été gentiment casés... loin de la vraie France !
...et si on tourné la page ?
a écrit le 16/02/2017 à 18:13 :
Je le prenais pour un gamin gaté et nul je vois que je me suis pas trompé.Oui il y a eu colonisation par nos ancètres et d'autres pays l'on fait.Sur l'algérie oui il y a eu BUGEAU et des massacres mais il y a eu aussi des français qui ont apporté voies ferrées l'électrification des routes agriculture hopitaux etc;;;Meme des Français qui se sont faits égorgés alors le pitre un peu de retenu il doit etre né avant son père
a écrit le 16/02/2017 à 16:59 :
Certes, Macron a appris a naviguer dans les caniveaux du socialisme mais jusqu'où est il prêt à aller pour ratisser les voix des banlieues..? On peut se poser la question à défaut de lui demander son programme...!
a écrit le 16/02/2017 à 16:20 :
La notion de "crime contre l'humanité, crée après la guerre est-elle rétroactive? Si oui, j'accuse ce pays d'avoir massacré les Cathares, les Vendéens, et bien d'autres. Étrange aussi Que les vietnamiens et ex-indochinois aient depuis longtemps tourné la page et regardé vers l'avenir. Pour continuer dans l'auto-flagellation, rappelons que le "bon Jules Ferry" était un colonialiste forcené, que les espagnols fuyant le régime de Franco ont été mis dans des camps odieux, que les camps d'internement existaient sur notre sol pendant l'Occupation, que les français ont été plus délateurs que résistants et qu'aujourd'hui, ils jalousent à qui mieux mieux ceux qui travaillent et réussissent! À créer de la boue, croyez-vous que l'on a envie de se sentir solidaire de ce pays? Alors, ça suffit ces pseudo-repentances sorties des contextes.
Monsieur Macron, si vous êtes si fort, au lieu de draguer certains électeurs, annoncez votre programme pour redresser ce pays moribond !!..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :