Commerce intra-africain : Afreximbank obtient 500 millions de dollars de China Development Bank

 |   |  304  mots
(Crédits : Afreximbank)
Afeximbank vient de décrocher un accord de financement en appui au commerce intra-africain auprès de China Developement Bank. L’agriculture, les télécommunications, l’énergie les transports, l’industrie et le secteur médical en sont, entre autres, les principaux secteurs bénéficiaires.

La marche vers le développement du commerce intra-africain suit son cours. La Banque africaine d'import-export (Afreximbank) vient d'obtenir 500 millions de dollars de financement de la part de China Development Bank. L'accord y afférant a été signé jeudi, en marge du Quatrième Forum sur l'investissement en Afrique qui s'est tenu à Changsha, indique un communiqué de l'institution financière daté du 7 septembre.

«Nous cherchons activement à stimuler le développement de l'Afrique en collaborant avec des partenaires pour soutenir la création d'emplois, l'accroissement des activités économiques et l'augmentation des recettes fiscales pour les gouvernements résultant d'activités commerciales accrues entraînant une augmentation des bénéfices et de la rentabilité», a déclaré Dr Benedict Oramah, président d'Afreximbank.

La ZLEC en toile de fond

D'après lui, ce nouvel accord de financement témoigne une nouvelle fois de la capacité de la Banque panafricaine à soutenir le commerce intra-africain. Étalés sur 10 ans, les 500 millions de dollars seront déployés pour soutenir les entreprises clientes d'Afreximbank et opérant dans divers secteurs dont les télécommunications, l'agriculture, l'énergie, les transports ou encore le secteur médical. De quoi étoffer la liste de 500 projets dans 44 pays financés depuis 2006 par cette banque panafricaine à hauteur de plus de 50 milliards de dollars.

En juillet dernier, lors des assemblées générales annuelles d'Afreximbank à Abuja, les responsables de l'institution ont sans cesse rappelé l'urgence d'un développement plus large et plus encré du commerce intra-africain au travers notamment de l'essor des PME. Si aujourd'hui persistent des obstacles liés notamment à l'adhésion d'un pays comme le Nigeria, ténor économique sur le Continent, la banque panafricaine travaille dans l'expectative de voir, bientôt, tous les Etats convaincus de l'urgence de la création d'une Zone de libre-échange continentale (ZLEC).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :