CEMAC : Afreximbank et la BDEAC signent un accord de cofinancement de 500 millions d’euros

 |   |  431  mots
(Crédits : Afreximbank)
A l’occasion des 25ème assemblées générales annuelles d’Afreximbank qui se sont ouvertes ce mercredi 11 juillet à Abuja, au Nigeria, la Banque africaine d’import-export a signé un agrément de cofinancement de 500 millions d’euros avec La Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC). Objectif : aider la sous-région à rattraper ses retards.

Coup de pouce à la zone Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC). La Banque africaine d'Import-Export (Afreximbank) et la Banque de développement des Etats d'Afrique centrale (BDEAC) ont signé ce mercredi 11 juillet un agrément de co-financement de 500 millions d'euros, soit environ 327 milliards de Fcfa. Les deux partis ont scellé cet accord après la cérémonie d'ouverture des 25ème Assemblées générales d'Afreximbank qui se tiennent du 11 au 14 juillet à Abuja, au Nigeria.

Félicitant cette entente entre les deux institutions, Dr Benedict Oramah, président d'Afreximbank a rappelé la détermination de la Banque panafricaine à appuyer le développement en général et le commerce en particulier, dans toutes les zones du Continent.

Aider la CEMAC à rattraper ses retards

Pour sa part, l'Equato-guinéen Fortunato Ofa Mbo Nchama, président de la BDEAC s'est réjoui d'un accord qui arrive à point nommé pour les pays de la CEMAC.

« La zone de la CEMAC doit se mettre à niveau et se doter des infrastructures et industries pour répondre aux urgences en matière d'intégration régionale », a-t-il déclaré avant d'ajouter : « Les quelques retards que cette zone connait doivent être rattrapés rapidement et l'appui d'Afreximbank nous aidera dans ce sens ».

En effet, cet accord vient comme sortir de l'ombre une sous-région qui n'a que très peu fait parlé d'elle en matière de dynamique de développement en général et de commerce intra-africain en particulier. Pourtant, certains pays de la sous-région tels le Cameroun pour sa production agricole notamment, le Congo, la Guinée équatoriale et le Gabon pour leur richesse pétrolière entre autres, sont d'importants fournisseurs pour d'autres pays du Continent et d'ailleurs, notamment l'Europe et l'Amérique. Les 500 millions d'euros mis à disposition devrait donc aider à un avancement plus rapide de plusieurs projets en cours et à venir.

Née pour rappel d'un accord signé à Bangui en 1975, la BDEAC -aujourd'hui basée à Brazzaville- a pour mission le financement du développement dans les pays de la sous-région. En 2014, l'institution a réussi à augmenter son capital, passant de 250 milliards de Fcfa à 1200 milliards de Fcfa. Outre ces pays régionaux et les extrarégionaux -France, Libye, Koweït- la Maroc a rejoint en juin 2017 le tour de table de la BDEAC suivi plus récemment, la semaine dernière, par la Commission de la Cemac.

L'accord avec Afreximbank s'inscrit strictement dans la lignée du plan stratégique 2017-2021 de la BDEAC qui vise notamment à réduire les coûts des importations agroalimentaires dans la zone CEMAC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :