UEMOA  : le secteur de la microfinance a collecté plus de 1 000 milliards de Fcfa en 2016

La Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine vient de révéler que les ressources mobilisées par les systèmes financiers décentralisés (SFD) de l'institution régionale se sont établies à 1 003,2 milliards de Fcfa au 31 décembre 2016, soit une progression en glissement annuel de 14% par rapport à 2015.
L'encours prévisionnel des crédits de la microfinance, dans les pays de la zone UEMOA, est estimé à 1 095 milliards de francs CFA en 2017.
L'encours prévisionnel des crédits de la microfinance, dans les pays de la zone UEMOA, est estimé à 1 095 milliards de francs CFA en 2017. (Crédits : DR)

Les chiffres des activités de microfinance dans l'espace de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) sont dans le vert. Selon le dernier rapport de la Commission bancaire de l'institution ouest-africaine, les ressources mobilisées par ses systèmes financiers décentralisés (SFD) se sont établies à 1 003,2 milliards de francs CFA au 31 décembre 2016. Ce volume de l'exercice de 2016 affiche une nette progression de 14%, en glissement annuel, par rapport à celui de 2015.

Dans les détails, le bilan de la Commission bancaire précise que les dépôts et emprunts ont affiché une hausse de 128,6 milliards de francs CFA au 31 décembre 2016, soit 22,2% de plus que l'exercice précédent, pour ressortir à 708,1 milliards FCFA. «Ils sont constitués pour l'essentiel de dépôts à vue et à terme, qui ont augmenté respectivement de 15,7% et 31,9%», indique la Commission de l'UEMOA dans son rapport.

Les autres ressources, elles, ont progressé de 3,6 milliards de francs CFA, en glissement annuel, pour se fixer à 63,7 milliards. Toutefois, le document relève néanmoins une baisse, au niveau des fonds propres nets des SFD, de 9,3 milliards de Fcfa. Ces fonds se sont établis à 231,4 milliards Fcfa, contre 240,7 milliards à fin 2015.

Toutefois, cette légère baisse ne touche en rien la trésorerie des SFD. Selon la Commission bancaire de l'UEMOA, la trésorerie a connu une augmentation de 115,4 milliards de Fcfa à fin 2016, contre un excédent de 101,3 milliards de francs CFA enregistré à fin 2015. Une amélioration de 14,1 milliards que la commission impute à la progression des ressources en valeur absolue, plus accentuée que celle des emplois, les taux d'accroissement étant les mêmes à 14%.

Ainsi, l'examen du résultat net global des SFD laisse apparaître de meilleures performances en 2016, puisqu'il est ressorti à 16 milliards de francs CFA durant cette période, contre 248 millions en 2015 et 7,6 milliards francs CFA en 2014.

702 institutions de microfinance dans l'espace UEMOA

Selon la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), le nombre des ét de microfinance dans l'UEMOA s'est établi à 702, à la date du 31 décembre 2016. Le document précise que l'accès des populations aux services financiers offerts s'est élargi, alors que le nombre de bénéficiaires de microcrédits a atteint près de 12,73  millions à fin décembre 2016, contre 12,0 millions à fin décembre 2015.

Par ailleurs, notons que la progression du volume des SFD est significative selon les réalités des pays : la Côte d'Ivoire, l'une des économies les plus prometteuses de la sous-région, prend la première place avec une progression de 28,4% dans ce secteur. Le Mali, deuxième au classement, enregistre 27,6%, une croissance portée par les réformes économiques mises en place. En Guinée-Bissau en revanche, les activités de micro-finance affichent un net recul de 46,1% durant l'année 2016.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.