Maroc : Noor décroche un nouveau financement allemand

L’extension du parc solaire Noor (Maroc), vient d’obtenir le soutien du la Banque allemande de développement. L’institution financière vient d’accorder une enveloppe de 60 millions de dollars. L’accord entre l’Agence solaire marocaine et la KfW a été conclu en marge de la COP 22.
Amine Ater
Le Maroc compte multiplier les investissements comme ceux de la station Noor pour atteindre une part de 52% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique
Le Maroc compte multiplier les investissements comme ceux de la station Noor pour atteindre une part de 52% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique (Crédits : DR)

Le complexe de centrales solaires marocaines, Noor (Ouarzazate, centre du Maroc), vient de décrocher 60 millions d'euros de la Banque allemande de développement KfW. Un financement qui sera alloué à la construction du quatrième volet de Noor et qui a été conclu en marge de la COP 22.

Ce financement vient s'ajouter aux 829 millions d'euros investis à Ouarzazate selon KfW. Inauguré en février 2016, le complexe Noor doit être complété par trois champs solaires supplémentaire : Noor 2, 3 et 4. A terme, cette dernière sera l'une des plus grandes centrales solaires au monde. Selon les autorités marocaines, Noor permettra d'éviter l'émission de 24.000 tonnes de CO2/an. Un chiffre qui devrait atteindre 552.000 tonnes une fois l'ensemble du complexe opérationnel.

Objectif 580 Mégawatts

Les premiers travaux ont été lancés en mai 2013. Coût de cette première phase 600 millions d'euros ! Selon les estimations de la KfW, la construction des 4 champs solaires nécessiterait un budget de 2,2 milliards d'euros. Un chantier qui a été confié par Masen au groupe saoudien Acwa qui s'est associé à Sener pour les champs 2 et 3. Chaque segment de la station devrait être composé de 500.000 miroirs cylindro-paraboliques, disposés sur 800 rangées. Une installation doté d'une capacité de production d'électricité de 160 MW. Une capacité qui devrait être portée à 580 MW, une fois l'ensemble du complexe fonctionnel, ce qui pourrait satisfaire les besoins en électricité de 1,3 million de personnes.

L'agence marocaine d'énergie solaire (Masen) ne compte pas se limiter au complexe de Ouarzazate. La stratégie de Masen prévoit également la mise en place d'un réseau de centrales solaires, avec pour ambition d'atteindre une capacité de production de 2.000 MW, à l'horizon 2020. Un projet qui jouit également d'un soutien allemand. Berlin avait débloqué 400 millions d'euros en mars dernier pour accompagner le développement de nouvelles unités solaires dans la région de Midelt. Un projet qui compte également sur le soutien de la BAD. Le Maroc compte par ailleurs, porter la part des énergies renouvelables, dans son mixte énergétique à 52% en 2030. Un pari que Rabat espère remporter en déployant en plus des centrales solaires, des parcs éoliens au Nord et au Sud du pays. Un effort d'adaptation énergétique qui devrait coûter pas moins de 12 milliards de dollars d'ici 2020.

Amine Ater
COP 27 : L'Afrique face à l'urgence climatique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 27/11/2016 à 12:53
Signaler
2 grands projets économiques visionnaires à mettre à l'actif de la monarchie marocaine: Le premier "Plan des barrages" de Hassan II Le deuxième "Plan énergies renouvelables" de Mohammed VI Les 2 projets constituent la fierté des marocains, dont ...

à écrit le 27/11/2016 à 12:52
Signaler
2 grands projets économiques visionnaires à mettre à l'actif de la monarchie marocaine: Le premier "Plan des barrages" de Hassan II Le deuxième "Plan énérgies enouvellables" de Mommed VI Les 2 projets constituent la fièrté des marocains, dont il...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.