Tunisie : net recul du déficit budgétaire

Alors que la plupart des secteurs sont touchés par les effets de la crise pandémique, la hausse des ressources budgétaires de 13,6%, notamment l'amélioration des recettes fiscales, a joué en faveur d'un allègement du déficit.

1 mn

(Crédits : Reuters)

Le déficit budgétaire tunisien a atteint 1,8 milliard de dinars (647 millions de dollars) à l'issue du premier semestre 2021, soit une baisse de 46% par rapport à la même période l'an dernier.

D'après la presse locale citant le ministère de l'Economie, celui explique ce redressement relatif par une hausse des ressources budgétaires de 13,6%, à près de 15,9 milliards de dinars (5,7 milliards de dollars). Une hausse due particulièrement à l'amélioration des recettes fiscales de 16,7% à 14,7 milliards de dinars (5,3 milliards de dollars), à la lumière d'une certaine progression des charges budgétaires de 1,6% à 17,6 milliards de dinars (6,3 milliards de dollars).

Cependant, les charges budgétaires ont observé un fléchissement des dépenses de rémunération de 6% à 10 milliards de dinars (3,6 milliards de dollars), des dépenses d'intervention de 15,8% à 3,6 milliards de dinars (1,3 milliard de dollars), ainsi que des dépenses de gestion de 4,5% à 500 millions de dinars (179 millions de dollars).

Concernant les dépenses d'investissement, le ministère de l'Economie rapporte un recul de 39% à fin juin 2021, pour une enveloppe de 1,4 milliard de dinars (503 millions de dollars), ces dépenses ne constituant que 8% de l'ensemble des dépenses de l'Etat.

Pour ce qui est des charges de financement, leur montant s'élève à 1,9 milliard de dinars (683 millions de dollars), ce qui représente pratiquement le même niveau de l'année 2020.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.