Dépenses militaires : austérité oblige, la facture des pays africains continue de baisser [Rapport SIPRI]

 |   |  890  mots
Malgré la conjoncture économique difficile, certains pays comme le Burkina ou le Nigeria ont augmenté leurs dépenses militaires en raison des conflits armés auxquels ils sont confrontés.
Malgré la conjoncture économique difficile, certains pays comme le Burkina ou le Nigeria ont augmenté leurs dépenses militaires en raison des conflits armés auxquels ils sont confrontés. (Crédits : Reuters)
Pour la quatrième année consécutive, les dépenses militaires des pays africains ont baissé selon la dernière édition du rapport SIPRI qui a été publié le lundi 29 avril. En 2018, cette baisse a dépassé les 8% en raison notamment de la conjoncture économique. Toutefois, certains pays ont augmenté leurs achats en armement et matériels militaires en raison des conflits armés qu’ils traversent.

Austérité oblige, les dépenses militaires des pays africains continuent à baisser pour la quatrième année consécutive. Selon la dernière édition du rapport du prestigieux Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) qui a été publiée le lundi 29 avril, les dépenses militaires en Afrique ont diminué de 8,4% en 2018 pour atteindre environ 40,6 milliards de dollars, soit 2,2% des dépenses militaires mondiales. Selon le SIPRI, il s'agit de la plus forte baisse annuelle depuis 2014, année considérée jusque-là comme celle où les dépenses ont enregistré leur niveau record.

La facture de l'Afrique du nord plus salée que celle de l'Afrique subsaharienne

En détails, les dépenses des pays d'Afrique du nord ont atteint 22,2 milliards de dollars l'année dernière, ce qui représente une baisse de 5,5% par rapport à 2017 et une deuxième année consécutive de baisse, mais en hausse de 74% comparée à 2009. En Afrique subsaharienne, les dépenses militaires se sont élevées à 18,4 milliards de dollars en 2018, en baisse de 11% par rapport à 2017 et de 21% dix ans auparavant. Selon le SIPRI, cette baisse des dépenses des pays africains s'explique par le fait que pour la première fois, l'Afrique du nord a baissé ses achats en armement. Avec seulement quatre pays pris en compte, l'Afrique du nord a dépensé plus que les 45 pays d'Afrique subsaharienne étudiés dans le rapport.

Lire aussi : Armement : en recul, le marché africain reste prisé par les marchands d'armes [Rapport SIPRI]

L'Algérie en tête des pays dépensiers

Avec un total de 9,6 milliards de dollars en 2018, l'Algérie affichait de loin les dépenses militaires les plus élevées en Afrique d'après le rapport. Bien que les dépenses militaires algériennes sont restées pratiquement inchangées depuis 2016, elles ont enregistré une baisse de 6,1% entre 2017 et 2018, en raison notamment de la conjoncture économique.

C'est aussi le cas des autres gros acheteurs du continent notamment l'Angola et le Soudan dont les dépenses ont respectivement chuté de 18% et 49%. Les dépenses militaires de l'Angola ont diminué pour la quatrième année consécutive en 2018 pour atteindre 2 milliards de dollars, et selon le SIPRI, « la baisse des prix du pétrole depuis mi-2014 a sérieusement impacté l'économie angolaise, entraînant une réduction des dépenses de l'État, y compris des dépenses militaires ».

Le Soudan a également été confronté à la fois à une crise économique, à un conflit violent dans la région du Darfour et à une recrudescence des manifestations antigouvernementales. « Cela a contribué à l'évolution volatile des dépenses militaires du Soudan au cours des cinq dernières années, avec une diminution des dépenses en 2014, 2015 et 2018, et une augmentation en 2016 et 2017 », poursuit le rapport.

Une autre baisse notable des dépenses militaires en Afrique subsaharienne en 2018, c'est le Soudan du Sud dont les dépenses ont chuté de 50%. Malgré, la guerre civile qui affecte le dernier pays à voir le jour sur le continent, le conflit a plombé l'économie sud-soudanaise et avec un budget de 59,4 millions de dollars, les dépenses militaires en 2018 ne représentaient que 4,2% du pic atteint en 2011.

Le Nigeria alourdit sa facture et le Burkina explose le compteur

Cette baisse de la facture des pays africains ne concerne toutefois pas tous les pays d'autant que certains font face à des conflits armés. C'est le cas du Nigeria, deuxième plus gros pays dépensier d'Afrique subsaharienne derrière l'Afrique du Sud, qui a augmenté de 18% ses dépenses militaires, une première depuis six années, avec une ardoise de 2 milliards de dollars en 2018. La première économie d'Afrique fait face depuis plus dix ans à une dégradation de sa situation sécuritaire avec les attaques récurrentes de la secte islamiste Boko Haram.

Le Burkina Faso, pays du G5 Sahel qui fait face à une amplification des attaques terroristes, a lui explosé le compteur puisque malgré une facture de 312 millions de dollars, la hausse des dépenses est de 52% par rapport à 2017 soit le premier de la classe au niveau mondial.

Avec 420 millions de dollars de dépenses en 2018 soit une hausse de 19% par rapport à 2017, le Zimbabwe arrive à la 9e place mondiale et la seconde en Afrique en termes de hausse des dépenses en pourcentage.

Lire aussi : Armement : la livraison de 20 avions de combat russes coûtera plus de 2 milliards de dollars à l'Egypte

Basé à Stockholm, le SIPRI suit l'évolution des dépenses militaires dans le monde qui englobent toutes les dépenses publiques actuelles pour les forces armées et les activités militaires, y compris les salaires et les avantages sociaux, les frais de fonctionnement, les achats de matériel militaire et d'armes, les infrastructures militaires, la recherche et développement, l'administration centrale, le commandement et les opérations ou moyens de soutien.

En 2018 selon le rapport, le total des dépenses militaires mondiales s'est élevé à 1 822 milliards de dollars, soit une augmentation de 2,6 % par rapport à 2017. Les cinq plus grands dépensiers en 2018 sont les Etats-Unis, la Chine, l'Arabie saoudite, l'Inde et la France, qui concentrent à eux seuls 60 % des dépenses militaires mondiales. Parmi les faits marquants, les dépenses militaires des États-Unis ont augmenté pour la première fois depuis 2010, tandis que celles de la Chine continuent sur leur trend haussier pour la vingt-quatrième année consécutive.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :