Sierra Leone : Un code de gouvernance des entreprises pour révolutionner l’environnement des affaires

 |   |  532  mots
La Sierra Leone travaillait sur ce projet depuis au moins deux ans, avec la Société financière internationale (IFC).
La Sierra Leone travaillait sur ce projet depuis au moins deux ans, avec la Société financière internationale (IFC). (Crédits : DR)
En pleine manœuvre stratégique pour enterrer l’ère de l’ultra-dépendance de l’économie au seul secteur minier, la Sierra Leone lance un nouveau code national de gouvernance des entreprises. Objectif : garantir transparence et responsabilité aux investisseurs.

Pour la première fois de son histoire, la Sierra Leone lance un code national de gouvernance des entreprises. La démarche se veut être un gage de transparence et de responsabilité des entités sierra-léonaises publiques et privées, afin d'améliorer l'environnement des affaires.

« Nous sommes prêts à créer l'environnement dont [les entreprises] ont besoin pour faire des affaires et aussi pour être concurrentiel dans la sous-région », a déclaré le vice-président sierra-léonais Mohamed Juldeh Jalloh, lors du lancement officiel du code gouvernance des entreprises ce mercredi 23 janvier à Freetown.

Selon le pré-document du code consulté par La Tribune Afrique, la Sierra Leone travaillait sur ce projet depuis au moins deux ans, avec la Société financière internationale (IFC), dont le représentant résident, Frank Ajilore, a pris part à la cérémonie de lancement.

Lire aussi : Stanislas et Jeanne Zézé, un tandem financier à succès !

Le code met un accent notamment sur l'éthique professionnelle dans la gouvernance et régit les droits des actionnaires et investisseurs. Ce dernier aborde également la composition, les comités, les process des réunions, la balance genre et les responsabilités du conseil d'administration, conformément aux principes de l'OCDE pour la gouvernance d'entreprise. Le document encadre également la nomination des CEO et la performance de leur contrat, ainsi que plusieurs autres aspects clés comme l'encadrement du fonctionnement des entreprises familiales.

Le conseil des investissements sierra-léonais bientôt créé

Le nouveau code national de gouvernance des entreprises prévoit également la création prochaine d'un conseil des investissements. Présidé par le président de la République, Julius Madaa Bio, l'institution aura pour mission de trancher au sujet des projets d'investissement en Sierra Leone.

Lire aussi : Les hommes clés de Renault en Afrique

Pour Freetown, le code de gouvernance des entreprises devrait appuyer la stratégie de diversification de l'économie nationale et élargir son assiette fiscale -pourvoyeuse de recettes pour l'Etat-, en attirant les investissements dans divers secteurs.

Riche en or et diamant en effet, la Sierra Leone est restée dépendante de l'extraction de ces minerais, exportés sans aucune transformation et rendant ainsi l'économie nationale particulièrement vulnérable face aux chocs économiques externes.

En matière d'environnement des affaires, tout est à faire dans ce pays classé 163ème sur 190 dans le Doing Business 2018 de la Banque mondiale. Idem pour ce qui est de la corruption. Transparency International lui attribue le 130ème rang sur 170 pays à travers le globe. Deux ans plutôt d'ailleurs, de nombreux investisseurs manifestaient leur volonté de quitter le pays en raison de la corruption montante.

Lire aussi : Climat des affaires : cette Afrique qui fait mieux que l'Europe [Doing Business 2019]

En avril prochain, le président Madaa Bio soufflera sa première bougie à la tête du pays et appuie sur l'accélérateur des réformes pour ainsi permettre à son pays de sortir de l'ombre économique en Afrique de l'Ouest. Le ministère du Commerce annonce déjà plusieurs mesures la promotion des échanges commerciaux de la Sierra Leone avec le reste du monde et le recul du monopole dans certains secteurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :