Women For Future Africa

Philanthropie : les Premières dames d’Afrique se mobilisent pour l’autonomisation économique des femmes infertiles

Dans le cadre de la campagne « Merck More Than A Mother » de la Fondation Merck, neuf Premières Dames de l’Ouest, du Centre, de l’Est et du Sud d’Afrique s’engagent pour l’autonomisation économique des femmes touchées par l’infertilité dans leurs pays.
(Crédits : DR/LTA)

« Je crois fermement en l'importance de l'autonomisation des femmes infertiles, qui sont maltraitées et discriminées dans de nombreuses cultures pour leur incapacité à avoir d'enfants et fonder une famille ». C'est en ces mots que la Première Dame du Botswana, Neo Jane Masisi, a signifier sa fierté de participer à la vaste campagne de la Fondation Merck, pour lutter contre la stigmatisation des femmes infertiles en Afrique et dont elle sera l'ambassadrice dans son pays.

Baptisée « Merck More Than A Mother », cette campagne -première du genre en Afrique- vise surtout à favoriser l'autonomisation économiques de ces femmes, leur affirmation dans la société en dépit de leur handicap, tout en sensibilisant les populations africaines sur ces questions.

Sources de productivité économique

Comme Neo Jane Masisi, huit autres Premières dames se sont engagées à mener cette action dans leur pays en tant qu'ambassadrices : Marième Faye Sall du Sénégal, Denise Nkurunziza du Burundi, Brigitte Touadera de la République Centrafricaine, Hinda Deby Itno du Tchad, Rebecca Akufo-Addo du Ghana, Aissata Issoufou Mahamadou du Niger, Fatima Maada Bio de la Sierra Leone et Esther Lungu de la Zambie.

« Je suis très fière du fait que de nombreuses Premières Dames se sont associées à la Fondation Merck et ont accepté d'être les Ambassadrices de notre campagne unique et historique [...] », a déclaré Dr. Rasha Kelej, CEO Merck Foundation.

Commentant cet engagement, les Premières dames ont souligné le « besoin urgent » d'un changement de mentalité en Afrique au sujet de l'infertilité et la nécessité de comprendre qu'elles sont des sources de productivité économique.

« Nous dirons aux femmes de se valoriser, car elles sont plus que des mères, elles sont des membres productifs de la société », a déclaré Rebecca Akufo-Addo.

Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.