Trois enfants par femme d’ici 2030 : l'Afrique de l’Ouest convertie au malthusianisme de Macron ?

C’est un engagement qui vient se greffer à la polémique déjà houleuse sur les propos d’Emmanuel Macron au G20 sur la surnatalité en Afrique. Ce samedi 22 juillet lors d’une rencontre tenue à Ouagadougou, les parlementaires des 15 pays de la Cedeao, du Tchad et de la Mauritanie se sont engagés à réduire de moitié le nombre d’enfants par femme. Les députés ouest-africains se sont-ils convertis au malthusianisme prôné par le président français ?
Ibrahima Bayo Jr.
(Crédits : Reuters)

Diviser le taux de fécondité par deux pour développer la sous-région de l'Afrique de l'Ouest. C'est le principal signal émis par les parlementaires des pays de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest(Cedeao), du Tchad et de la Mauritanie lors d'une rencontre régionale sur la démographie tenue à Ouagadougou au Burkina-Faso.

Trois enfants par femme pour maîtriser "le boom démographique"

Face à un taux moyen de fécondité de 5,6 enfants par femme dans la sous-région et des prévisions qui situent à 1 milliard d'habitants, la population de l'Afrique de l'Ouest d'ici 2050, les députés de ces 17 pays ont trouvé la parade : « inciter les gouvernements à mettre en place des politiques tendant à faire en sorte que chaque femme (...) ait au plus trois enfants pour maîtriser le boom démographique ».

En clair, il faut faire passer le chiffre de 6 enfants par femme actuellement à 3 enfants d'ici 2030. « Nous estimons que quand on a des taux de croissance économique des pays qui est de l'ordre de 5 à 6% avec un taux de fécondité située à 6 ou 7%, nous sommes dans une situation de démographie non maîtrisée et nous ne pouvons pas espérer de développement avec une telle situation », martèle Salifou Diallo, le président du parlement burkinabé qui a présidé la rencontre.

Et alors ? « Il faut faciliter un déclin rapide, volontaire, de la fécondité grâce à l'accès universel à la planification familiale, l'augmentation du niveau d'éducation des femmes et le renforcement des efforts pour améliorer la survie de l'enfant », ajoute-t-il sans subtilité ni précaution langagière.

Le malthusianisme face aux défis et aux attentes

La théorie sur la surnatalité supposée en Afrique en tant que frein au développement n'est pas neuve. Déjà quelques jours avant le G20, Youssouf Abassalah, le ministre tchadien de la Jeunesse avait interpellé Alpha Condé président en exercice de l'Union africaine, lors du Forum panafricain de la Jeunesse à N'Djamena. La réponse salée du président guinéen n'était qu'une réplique prémonitoire du président guinéen aux propos polémiques d'Emmanuel Macron au G20.

En s'inscrivant dans cette ligne de pensée, les parlementaires se sont-ils convertis par mimétisme idéologique au malthusianisme prôné par Macron ? On est en tout cas tenté de le croire si l'on sait que l'engagement pris à Abuja en avril 2001 d'allouer 15% des budgets au secteur de la santé, maintes fois réaffirmé n'est toujours pas concrétisé.

Ibrahima Bayo Jr.
Les femmes africaines face au saut technologique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 28/08/2017 à 23:56
Signaler
Pour nous la solution reside dans le pillage de l'Afrique par les europeens depuis des siecles. Si les africains traités leur avenir comme les asiatiques, chinois et japonais en ce qui concerne leur economie, ce probleme ne se poserait pas en europ...

à écrit le 25/07/2017 à 13:13
Signaler
Que la CDEAO commence deja a limiter les mandats presidentiels et la corruption dans tout le system des etats.

à écrit le 24/07/2017 à 19:46
Signaler
Je suis déçu par soit disant représentant des peuples comment prendre de telle decision sans consuter la population ouest africaine .j'ai peur que macron poussera le bouton plus loin en disant comme Sarkozy a Dakar.il est temps ns soyons des donneur...

à écrit le 24/07/2017 à 16:38
Signaler
On demande au continent le moins peuplé de faire moins d'enfants parce qu'il ne serait pas capable de s'en occuper. Pendant ce temps les occidentaux encouragent la natalité chez eux aussi bien en tant de crise (guerres mondiales, moyen age) qu'en te...

à écrit le 24/07/2017 à 10:18
Signaler
"Les prévisions situent à 1 milliard d'habitants, la population de l'Afrique de l'Ouest d'ici 2050" ? Si on en arrivait là, la sous-région aurait alors autant d'habitants que la planète dans son ensemble en 1800 (à l'époque de Napoléon) et donc seule...

à écrit le 24/07/2017 à 2:29
Signaler
Sans compter le désastre écologique qu' engendre un tel taux de natalité .. Scientifique et logique. Pour le peu qu'on soit éduqué, informé ..

à écrit le 23/07/2017 à 16:25
Signaler
Et que penses notre Macron national de l etat de natalité en france ???? Quand un couple de francais fait 2 enfants en travaillant, alors qu un.couple d afriquain fait 5 voir 6 enfants en vivant uniquement des allocations familiales ???? Qu il s oc...

à écrit le 23/07/2017 à 13:58
Signaler
Ces sommets se decident longtemps avant leur tenue (donc bien avant declarationns de Macron)... ils y songeaient forcément à un pb (sans l aide de Macron),

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.