Algérie : l'activité commerciale tourne au ralenti selon l'ONS

L'activité commerciale en Algérie a connu une baisse entre juillet et septembre 2017, annonce-t-on à l'Office national des statistiques d'Algérie. D'après les résultats d'une enquête-sondage d'opinion organisée par l'institution auprès des commerçants, plusieurs facteurs dont la lenteur des délais d'approvisionnement expliquent cette tendance.

2 mn

Un vendeur de fruits et légumes au marché de Bab El Oued à Alger
Un vendeur de fruits et légumes au marché de Bab El Oued à Alger (Crédits : Reuters)


L'activité commerciale en Algérie doit se reprendre en ce début d'année 2018 pour éviter le pire. D'après l'Office national des statistiques d'Algérie (ONS), elle a connu une baisse importante déjà au troisième trimestre de l'année dernière. L'agence gouvernementale qui a réalisé une enquête-sondage d'opinion auprès des commerçants du pays, prenant en compte à la fois les grossistes et les détaillants, a souligné que cette baisse a plus affecté les grossistes de la catégorie droguerie, quincaillerie, appareils électroménagers et parfumerie (DQAEMP), et de celles des matières premières, demi produits et des machines et matériels d'équipement. L'ONS explique cette situation par plusieurs facteurs avancés par les commerçants eux-mêmes. Ces derniers se sont offusqués de la longueur des délais d'approvisionnement, de l'indisponibilité des produits et de la lenteur des formalités d'acquisition de marchandises.

En effet, les données de l'ONS révèlent que plus de 69% des grossistes et 63% des détaillants interrogés ont dit avoir enregistré des ruptures de stocks des produits les plus touchés par la baisse. En même temps, plus de 59% des grossistes et un peu plus de 12% des détaillants ont dû compter sur le secteur privé uniquement pour les approvisionnements, essentiellement ceux des textiles, de la DQAEMP et des machines et matériel d'équipement. D'un autre côté, indique l'ONS, plus de 39% des grossistes algériens et près de 59% des détaillants algériens se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, particulièrement ceux de l'agro-alimentaire et des matières premières et demi produits.

Une tendance qui se confirme

Cette chute de l'activité commerciale au troisième trimestre 2017 est une continuité par rapport au second trimestre de l'année 2017 après une hausse au premier trimestre.
En effet, les chiffres publiés sur l'activité commerciale de la période d'avril à juin 2017 suivent la même tendance baissière que ceux publiés par rapport à la période de juillet et septembre 2017. L'ONS avait alors révélé suite à une enquête similaire, que plus de 61% des grossistes et près de 15% des détaillants se sont tourné uniquement vers le secteur privé pour les approvisionnements en textiles et des produits de droguerie, quincaillerie, électroménager et parfumerie, essentiellement, alors que 38% des grossistes et 63% des détaillants ont fait confiance aux secteurs privé et publics pour particulièrement, les produits agroalimentaires.

Egalement, près de 72% des grossistes et 80% des détaillants interrogés par l'ONS ont déclaré avoir acheté leurs marchandises en première main, alors que le reste, notamment ceux des textiles et du commerce multiples, les ont achetés en deuxième ou en troisième main.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.