Gaz et pétrole : Aliou Sall répond aux accusations de la BBC

 |   |  526  mots
Aliou Sall lors de la conférence de presse qu'il a tenu ce lundi 3 juin à Dakar.
Aliou Sall lors de la conférence de presse qu'il a tenu ce lundi 3 juin à Dakar. (Crédits : Reuters)
Au Sénégal, un documentaire de la BBC sur un possible versement de pots-de-vin au frère du Président Aliou Sall relance le débat sur les conditions d’attribution des blocs pétroliers et gaziers offshores. Les faits ont été catégoriquement niés par l’accusé qui s’est adressé à la presse contre-arguments à l’appui.

L'opposition Sénégalaise réclame une enquête sur les conditions d'attribution de deux blocs pétroliers et gaziers offshores gérés par BP, à la suite de la diffusion d'un rapport faisant état d'une fraude impliquant le frère du président, Aliou Sall. Tout est parti d'un reportage diffusé par la chaine BBC ce dimanche 2 juin. Le documentaire qui dure près d'une demi-heure revient sur les conditions controversées de la signature du contrat pétrolier établi au cours de l'année 2012 entre le Sénégal et Franck Timis un homme d'affaires Roumano-australien.

La compagnie pétrolière British Petroleum (BP) aurait accepté de verser quelque 10 milliards de dollars de royalties à Timis. Selon les journalistes de la BBC, lors de la  rétrocession de ses deux concessions pétrolières et gazières au groupe BP, Timis a obtenu 250 millions de dollars, mais il devrait toucher près de 10 milliards de dollars sur période de quatre décennies.

Lire aussi : Pétrole et gaz offshore sénégalais : failles et innovations d'un plan inédit de gestion environnementale

Aliou employé de Petro-Tim

Juste après l'élection de Macky Sall à la tête du Sénégal en 2012, son frère a été recruté comme consultant puis Directeur Général de Petro-Tim Sénégal. Le reportage de la BBC a mis en exergue les conditions opaques de l'accord sur les hydrocarbures et accuse Aliou Sall d'avoir touché « des pots-de-vin » de 250 000 dollars lors de la cession de ces blocs détenus par Frank Timis à British Petroleum. Selon la chaîne britannique, les montants ont été versés en juin 2014 à une SARL fondée par Aliou Sall et dont la gestion est assurée par un proche. Parmi les preuves présentées par la BBC figurent les échanges de mails et le contrat de travail liant le frère du président à Franck Timis.

Démenti formel

Face au tollé suscité par ces accusations, Aliou Sall actuellement Directeur Général de la Caisse de Dépôt et de Consignation du Sénégal est monté au créneau pour apporter un démenti formel à ces allégations. Pour ce faire, il a organisé une conférence de presse ce lundi 3 juin à Dakar. Face à la presse, il a réfuté un à un les arguments de la BBC. Il a attesté n'avoir jamais reçu transfert de 250 000 dollars. « C'est faux », a-t-il martelé.

Lire aussi : Sénégal/Mauritanie: « Le partage du gaz, une sagesse extraordinaire des deux présidents »

 Il dénonce un documentaire à charge où la chaîne anglaise a donné la parole uniquement à des opposants politiques et à d'anciens partenaires de Timis avec qui l'homme d'affaire est en conflit. Aliou Sall et ses avocats ont aussi annoncé deux plaintes contre le média au Sénégal et à l'international pour diffamation. Il a également précisé à la presse que le premier décret d'attribution des blocs pétroliers et gaziers à la société Frank Timis avait été signé par l'ancien chef de l'Etat Abdoulaye Wade en janvier 2012, bien avant l'accession de son frère à la magistrature suprême.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :