Logistique : avec le projet Sealink, le Nigeria mise sur ses voies navigables

 |   |  478  mots
Le Nigeria estime qu’une mise en œuvre effective du projet Sealink et l'utilisation sûre des voies de navigation intérieures devrait lui permettre de combler ses lacunes logistiques, de capter davantage d’IDE et de créer une économie compétitive à l'échelle mondiale.
Le Nigeria estime qu’une mise en œuvre effective du projet Sealink et l'utilisation sûre des voies de navigation intérieures devrait lui permettre de combler ses lacunes logistiques, de capter davantage d’IDE et de créer une économie compétitive à l'échelle mondiale. (Crédits : Reuters)
A travers des PPP, la Banque nigériane d’import-export (NEXIM Bank) apporte sa pierre à l’édifice de la promotion de la connectivité, de la logistique et la stimulation de la compétitivité du commerce nigérian au niveau régional et mondial. En collaboration avec le régulateur NIWA, NEXIM Bank participe au projet Sealink conçu pour combler les lacunes logistiques du pays.

La banque nigériane d'import-export (NEXIM), l'Autorité nationale des voies navigables (NIWA) et la Sealink Promotional Company signent un protocole d'accord pour améliorer la logistique, la connectivité et le commerce du Nigéria avec le reste du monde.

Lire aussi : TIC: Huawei et l'UA signent un nouvel accord pour le renforcement de leur partenariat technique

Selon le communiqué du directeur général de NEXIM, Abba Bello, ce dimanche 2 juin le Sealink a été conçu pour combler le manque d'infrastructures et de transport maritime entre les régions de la CEDEAO et de la CEMAC. L'un des principaux objectifs de ce projet est de promouvoir les opérations sur les voies navigables intérieures afin de faciliter l'intégration régionale et le commerce, tout en réduisant les coûts logistiques.

Un PPP pour favoriser la diversification des exportations nigérianes

La collaboration a été présentée comme un partenariat public-privé conçu pour attirer les investisseurs du secteur privé et jouer un rôle catalyseur dans la réalisation de l'un des projets prioritaires des programmes de développement communautaire de la CEDEAO.

Très dépendant de ses exportations de pétrole, le Nigéria de Mohammadu Buhari s'est fixé l'objectif de diversifier l'économie. Selon le DG de NEXIM Bank, en participant au projet régional Sealink, l'établissement cherche à contribuer à l'amélioration de la connectivité commerciale du pays, une étape décisive dans sa stratégie d'exploitation des ressources naturelles hors hydrocarbure pour la diversification économique. Il a été relevé qu'une disposition optimale des infrastructures maritimes devrait permettre d'accroître de manière significative les exportations des produits miniers ainsi que leur contribution au PIB du pays.

Lire aussi : Nigéria : le sénat cautionne le paiement de 422 millions de dollars d'arriérés liés aux subventions de carburants

Sealink, un projet pour combler les lacunes logistiques du pays

Le Nigeria estime qu'une mise en œuvre effective du projet Sealink et l'utilisation sûre des voies de navigation intérieures devrait lui permettre de combler ses lacunes logistiques, de capter davantage d'IDE et de créer une économie compétitive à l'échelle mondiale. De bons points qui, selon le patron de NEXIM, devraient améliorer le classement du Nigeria dans le classement doing business de la Banque mondiale, de même que son indice de performance logistique (IPL).

«En termes de valeur, il est prévu que la signature de ce protocole d'accord favorise les opérations de navigation pour le commerce dans l'arrière-pays, le transit et les zones côtières, en particulier pour les cargaisons. Ce qui fera passer les recettes annuelles des exportation non pétrolières de 500 millions de dollars actuellement à 1,2 milliard de dollars par an », a détaillé Abba Bello, directeur général de NEXIM cité par l'agence presse nigériane (NAN).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :