TIC : Huawei et l'UA signent un nouvel accord pour le renforcement de leur partenariat technique

 |   |  394  mots
(Crédits : Reuters)
Quatre ans après leur premier accord, l'Union Africaine et le géant chinois des technologies de pointe, Huawei ont remis le couvert, dans un contexte très particulier. Dans un communiqué publié vendredi, l'entreprise a annoncé la signature d'un nouveau protocole d'accord avec l'UA, en vue de renforcer les capacités de leur partenariat technique dans le domaine des TIC. Le haut débit, le Cloud Computing et la 5G sont quelques-uns des aspects concernés par cet accord.

Huawei et l'Union africaine (UA) ont décidé de renforcer leur partenariat technique dans le domaine des TIC. Les deux parties ont signé un protocole d'accord ce vendredi 31 mai en ce sens à Addis-Abeba. Dans le communiqué à cet effet, le groupe chinois a indiqué que cet accord signé par l'intermédiaire de Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l'UA et Philippe Wang, vice-président de Huawei pour la région Afrique du Nord, consolide leur collaboration et établit les dispositions nécessaires pour assurer une coopération efficace en matière de TIC.

« L'objectif principal du protocole d'accord est de renforcer leur partenariat dans les 5 domaines suivants : le haut débit, l'Internet des Objets (IoT), le Cloud Computing, la 5G et l'intelligence artificielle », précise le communiqué.

Le nouvel accord, signé pour une période de 3 ans « offre aux différents départements de l'UA, de nouvelles possibilités de partager leur expérience avec Huawei dans le domaine de la gestion et de l'exécution de projets TIC à l'appui du développement des TIC sur le continent africain, notamment la cyber-sécurité, la cybersanté, l'éducation en ligne et autres applications connexes ». Le partenariat s'assortit par ailleurs d'un volet formation, puisque « les deux parties collaborent également pour trouver des talents locaux afin de les former aux défis numériques futurs de l'écosystème technologique ».

Un accord pour mettre fin aux "rumeurs" d'espionnage

Pour la firme chinoise basée à Shenzhen, c'est aussi l'occasion de mettre un terme aux rumeurs d'espionnage dont elle était la cible. « Huawei, partenaire stratégique pour la numérisation de l'Afrique s'engage à apporter à l'Union africaine une expérience unique qui répond à leurs attentes et leurs besoins, notamment en matière de transfert technologique et de connectivité », a déclaré Philippe Wang à l'issue de la signature du protocole. Pour Thomas Kwesi Quartey, la collaboration montre que le continent est prêt « à jouer un rôle majeur dans la construction de son avenir numérique ».

Toujours est-il que cet accord avec l'Afrique, 2ème plus grand marché mobile du monde après l'Asie, a l'air d'une bouffée d'oxygène pour l'entreprise aux plus de 100 milliards de dollars de chiffres d'affaires réalisée l'année, épicentre de la guerre commerciale que se livrent depuis plusieurs semaines la Chine et les Etats-Unis sur fond de protectionnisme et d'embargo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :