Côte d'Ivoire : le gouvernement adopte le projet de loi du budget 2018

 |   |  529  mots
Vue de la capitale économique ivoirienne, Abidjan
Vue de la capitale économique ivoirienne, Abidjan (Crédits : Reuters)
Les autorités gouvernementales ivoiriennes viennent d'adopter le projet de loi portant budget de 2018. En sa séance hebdomadaire de Conseil de ministres ce mercredi 4 octobre 2017, les membres du gouvernement se sont prononcés en faveur d'un budget de l'Etat élevé à 6723,5 milliards de francs CFA.

Réunis en Conseil des ministres ce mercredi 4 octobre 2017, les dirigeants ivoiriens ont adopté projet de loi portant budget pour 2018 d'un montant de 6.723,5 milliards de francs CFA. D'après Bruno Koné, porte-parole du gouvernement, ministre de la communication de l'économie numérique et de la poste, le nouveau budget intervenant pourtant « dans un contexte socio-économique moins favorable que l'année précédente », est en hausse de 4,3% par rapport à celui de 2017.

Le projet adopté par les membres du gouvernement ivoirien prévoit au titre des ressources intérieures la mobilisation de 5471 milliards de Fcfa et la mobilisation 1885,2 milliards de Fcfa au titre des ressources extérieures. « Les ressources sont constituées à plus de 80% de ressources intérieures, fiscales et non fiscales tandis que les investissements représentent 29,6% des dépenses. Les dépenses pro-pauvres, en faveur des populations défavorisées, sont évaluées à 2290,8 milliards de francs CFA, en augmentation de 10,7% par rapport à 2017 », souligne le communiqué du conseil des ministres.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien a confié aussi qu'en ce qui concerne des dépenses, 1547,3 milliards de francs CFA sont de la dette, 2537,8 milliards de francs CFA pour les dépenses ordinaires et 1833 milliards de francs CFA au titre des investissements. Les prévisions du gouvernement tiennent compte des perspectives économiques favorables pour 2018. « L'économie nationale devrait conserver sa dynamique de consolidation en 2018 avec une croissance projetée à 8,3 % tirée par l'ensemble des secteurs d'activités, en particulier les secteurs tertiaire et secondaire, dont les contributions à la croissance sont estimées respectivement à 3,7 % et 2,3 % », a indiqué le communiqué.

Constance et rigueur de la politique budgétaire

L'adoption par le gouvernement ivoirien de ce projet de loi de budget 2018 intervient au lendemain d'une mission du Fonds monétaire international (FMI) au cours de laquelle, l'institution de Brettons Woods demandait un renforcement de la politique budgétaire du pays.

« Le projet de budget de l'année 2018 traduit la constance et la rigueur de la politique budgétaire du gouvernement. Il dénote une bonne maîtrise des charges de fonctionnement, accroissant ainsi les marges nécessaires à la politique d'investissement de l'Etat », a déclaré le conseil des ministres ivoiriens qui a poursuivi, soulignant que « le projet de budget de l'année 2018 consacre la poursuite de la mise en œuvre des priorités du Gouvernement, notamment l'accroissement de l'offre d'infrastructures socio-économiques et de services de base, l'amélioration du système d'éducation pour l'adapter au mieux au marché du travail, la consolidation du système de santé afin de le rendre davantage accessible aux couches les plus démunies et l'amélioration de la situation alimentaire de la population ».

Notons que par son nouveau budget, la Côte d'Ivoire veut aussi investir dans la lutte contre le chômage dans le pays, et dans d'autres secteurs urgents. « Le projet de budget de l'année 2018 accorde également une attention particulière à la création d'emplois, notamment pour les jeunes, et intègre la nécessité du renforcement du dispositif sécuritaire et de défense pour la rendre plus résiliente dans le contexte sous régional actuel de menaces terroristes », peut-on lire dans le communiqué du conseil des ministres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :